Partager

maharafa-2.jpg


Lorsque le ministre des enseignements secondaire supérieur et de la recherche scientifique se place dans la logique de boycotter les compositions du deuxième trimestre en s’offrant les services de l’A E E M contre 15 millions de FCFA !!!!!!!!!

Cette pratique ne doit surprendre, le Mali est dirigé par des hommes qui n’ont aucun sens de l’Etat. Le ministre stagiaire qui ne connaît pas la valeur de l’éducation.

Le Pr. Amadou TOURE ne mesure pas la portée négative de ses actions en s’adonnant à des pratiques ignobles propres à d’autres époques. Quelle honte pour le Général ATT et son gouvernement ? Voici les différentes initiatives du Pr. TOURE qui pense que la gestion du ministère se confond avec celle d’un parti politique (UMP) ou d’une imprimerie.

Phase I

Notifier aux syndicats qu’il n’ y a pas eu d’accord le 17 juillet 2007. Le gouvernement de Issoufi MAIGA n’a dit que ce qu’il pense selon TOURE.

Phase II

Violer la loi en demandant au ministre de la fonction publique de ne pas faire d’arrêté de conciliation concernant le préavis de grève de la COSES du 17 décembre 2007.


Phase III : Refuser de recevoir la FEN

Refuser de reconnaître la continuité de l’Administration refuser de reconnaître d’avoir affirmer publiquement que « l’Etat est laxiste, qu’il attendait mieux de Modibo SIDIBE que de proposer un moratoire ou un forum aux syndicats au cours d’une réunion politique de l’UMP… ». Refuser de reconnaître l’indemnité de logement comme point d’accord, Refuser enfin de reconnaître la fameuse COSES. Quel mépris pour les syndicats et pour l’Etat?


Phase IV : La déstabilisation de la COSES

Intoxication, désinformation mensongère par le biais de la presse,il a payé cash ce service. Des articles signés par les jeunes de son parti, du mouvement citoyen ou par des gens fictifs et cupides prêts à tout contre l’argent ou des postes.

Rencontres avec des partenaires

Associations des promoteurs d’écoles privées ; des vrais commerçants assieds à mile lieux de ses écoles calculent les frais scolaires et demies bourses versés dans leurs comptes, violent la législation; régularisent des élèves renvoyés du public.

Ils signent un accord pour aider le ministre à organiser des évaluations au secondaire contre de l’argent et beaucoup d’élèves à la rentrée… 95 % de leur personnel sont des militants de la COSES. Les responsables des ses associations sont tous de l’ADP lourdement endettés. Ils disent qu’ils sont préoccupés plus par des sous que la qualité.

Rencontre avec le SNEC


Organiser les évaluations au secondaire ? Tibou TELLY très contesté est un opportuniste à la retraite.

Sur 10 enseignants du fondamental 7 sont du SYCEF et 2 du SYLDEF, le SNEC n’a pas plus de100 militants au secondaire. Ceux-ci disent qu’ils ne sont pas concernés par ses accords et soutiennent la COSES. Tibou doit cessez ses critiques et arrêter de jouer avec le destin. Ce retraité n’à rien avoir avec l’école !!!

Rencontre avec la société civile

Faire quelques leçons de morales aux responsables de la COSES contre des bons d’essence et des cartes téléphoniques, voilà leur mission selon le Pr. TOURE. Ses vieux sont fatigués et déçus du comportement de Modibo SIDIBE, qui n’a jamais voulu les recevoir. Ils ont été témoins des accords du 17 juillet 2007.

Quelle impuissance de ses organisations de la société civile malienne qui jouent aux sapeurs pompiers et trop inféodées au pouvoir (APE, CAFO, AMUPI, EGLISE PROTESTANTE, FENAERC, AMDH…)

Rencontre avec l’AEEM ; organiser une CARAVANE en pleine année scolaire pour sensibiliser les élèves Accepter les compositions sans vos professeurs ! Demander aux comités locaux de boycotter les compositions du 2éme trimestre de le Lundi 05Mai 2008 dans les écoles privées contre 15 millions ! Cette étape a été un.

Le Pr. TOURE pense qu’avec de l’argent les jeunes adolescents vont .le suivre. Tous les chefs d’établissements responsables ont refusé sa proposition retenue de 250 F CFA sur la masse de garantie des élèves.

C’est une décision sage. Il faut expliquer à ce ministre stagiaire ce que représente cette somme payée par les parents d’Élèves. Selon nos sources certains membres de l’AEEM ont estimé qu’il faut prendre les sous et réclamer les compos avec les profs de la COSES. La fronde est réelle .

quelle contradiction? Malgré ses appels en faveur des compos il travaille en douce avec les enfants pour empêcher un second trimestre dans le privé. Ce qui compliquerait sa tache.

Selon le ministre TOURE, il est facile de gérer:1à0que2à0.Un acte contraire à sa mission.

Quelle indignation de la part d’un ministre fut-il stagiaire? Ce ministre a montré toutes ses limites dans la gestion de l’école. Il a étalé au grand jour devant les députés le jeudi 24 Avril dernier son incompétence.

Aussi faut il le rappeler qu’il est aidé dans ses actions par le Directeur national SIMPARA de l’Enseignement Technique, un démocrate aux cheveux UDPM, initiateur et l’un des bailleurs de la contre marche organisée à Kayes en mars 1991 pour soutenir le Général Moussa TRAORE. Il est à la solde d’ATT.

Le Pr. TOURE veut faire les compositions sans les professeurs. C’est un acte suicidaire pour l’école malienne. Quelle bavure ?

Phrase V : Rencontrer tous les partenaires ensembles

Cette fois, la COSES monte sur les grands cheveux. Elle refuse d’y participer par la lettre 08-011 BN et adresse une correspondance au Premier ministre ayant pour objet : « Désobéissance au Ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique ».

Aujourd’hui, le gouvernement a montré toutes ses limites dans la gestion de la crise scolaire, très malade.

Ce ministre pourra le tuer avec ses méthodes de gestion antique. Le Président Amadou Toumani TOURE doit s’investir professionnellement pour sauver cette école malienne.
Si le Premier ministre et le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique n’ont pas la même lecture que la COSES et la Société Civile, demander à M. Ousmane Issoufi MAIGA, ancien chef du gouvernement, il est vivant.

Il va confirmer ce qui s’est passé le 17 juillet 2007, au lieu d’entretenir le doute. Il y a eu bel et bien des accords le 17 juillet 2007. L’Etat doit être capable de les respecter et de les appliquer sans délai.

La COSES est déterminée, selon son Secrétaire général Tiémoko DAOU, à user de tous les moyens légaux pour faire aboutir ses doléances et maintien son mot d’ordre de rétention des notes de non évaluation et de boycott de toutes les compositions. Ce qui est sûr : « La religion est au sans cœur ce qu’est l’esprit dans une époque sans esprit« .

Les médiocres ont leur place ailleurs et notre pays, le GRAND MALI ne mérite pas cela. Mais, lorsqu’on brise la colonne vertébrale des meilleurs, on encourage la médiocratie !!!


B.Z. COULIBALY

09 Mai 2008