Partager

Dans le cadre de la mise en place du mécanisme de renforcement de la transversalité du genre dans le processus de développement, le Programme d’Appui au renforcement de l’Equité Hommes/Femmes pour la Lutte contre la Pauvreté et la Bonne Gouvernance (PAREHF 2) a organisé un espace de concertation et d’échange sur l’équité du genre dénommé « GenreCafé ».

Cette rencontre qui s’est déroulée au Campus Numérique de Badalabougou était l’occasion de lancer un forum de discussion électronique en vue d’une meilleure prise en compte de la dimension genre dans les projets programmes du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille et de la Coopération Luxembourgeoise.

C’était sous la présidence de la Coordinatrice du PAREHF 2, Mme Assitan Diallo en présence de toute son équipe. Selon elle, « cette rencontre veut jeter les jalons d’une collaboration soutenue et fructueuse entre la cellule de coordination du PAREHF 2 et la direction des autres programmes et projets du département de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, du PNUD et de la coopération Luxembourgeoise ».

C’est également une façon inciter les chefs de projets programmes à un engagement collectif pour la réussite de la transversalité du genre dans le processus de développement au Mali. C’est pourquoi, dira Mme Assitan Diallo, « le but du « GenreCafé » est de contribuer à la création d’une chaîne de solidarité entre les différents programmes-projets de développement dans la pérennisation des mécanismes de transformation des relations du genre au Mali ».

« GenreCafé » qui sera institutionnalisé, vise à promouvoir une prise de conscience de la nécessité de couvrir la dimension genre de chaque programme et projet ; susciter le réflexe et les capacités pour assurer l’équité hommes/femmes dans les décisions et interventions. A l’avenir, il sera question de la mise en place d’un réseau actif et dynamique de renforcement de l’équité du genre au niveau de Bamako.

En effet, durant deux heures d’horloge, les participants ont été identifiés sur différents thèmes par leur formateur, Sirima Kéïta. Il s’agit de l’applicabilité de l’approche transversale du genre de façon à optimiser les résultats de leur programme/projet, du renforcement des capacités individuelles, institutionnelles et associatives pour une meilleure prise en compte du genre.

Alou B HAIDARA

28 décembre 2005.