Partager

La justice française a refusé mercredi l’extradition du médecin rwandais Eugène Rwamucyo, soupçonné d’être impliqué dans le génocide des Tutsis en 1994, mettant ainsi fin à cette procédure.La cour d’appel de Versailles a également décidé la remise en liberté de M. Rwamucyo, qui avait été interpellé en mai lors d’une cérémonie d’obsèques à Sannois, en région parisienne, en vertu d’un mandat d’arrêt international délivré par le Rwanda en 2007.« C’est un soulagement car c’est un dossier très politique et donc c’est la victoire du droit sur la politique », a déclaré Me Philippe Meilhac, l’avocat de M. Rwamucyo.Présent à l’audience, Alain Gauthier, président du CPCR, a également demandé que « le juge d’instruction prenne l’affaire en main sur la suite des 17 ou 18 autres dossiers car M. Rwamucyo n’est qu’un parmi d’autres ».La justice française a récemment rejeté trois demandes d’extradition vers Kigali de Rwandais soupçonnés d’avoir pris part au génocide, arguant d’un manque de garanties accordées à la défense devant la justice rwandaise.D’autres procédures d’extradition sont engagées par le Rwanda contre de présumés génocidaires rwandais en France. A Bordeaux, la décision de la chambre de l’instruction est attendue le 7 octobre concernant la demande d’extradition à l’encontre de Sosthène Munyemanan, un autre médecin rwandais.AFP.