Partager

ward-1.jpg
En séjour à Bamako, le Général William E. Ward, Commandant du centre de commandement des Etats-Unis pour l’Afrique, a réaffirmé l’engagement de son pays, via Africom, à soutenir le Mali dans la sécurisation et la paix au nord, théâtre, ces dernières années, d’actions de déstabilisation.

Pour aider les dirigeants africains à résoudre les problèmes de l’Afrique et particulièrement dans le domaine de la sécurité, les Etats-Unis ont mis en place un centre de commandement pour l’Afrique, l’Africom, basé à Stuttgart en Allemagne. C’est un centre qui vise à fournir une aide militaire aux pays africains.

Le patron du commandement des Etats-Unis pour l’Afrique, le Général Wilhiam E. Ward, qui est venu à Bamako dans le cadre de la réunion du centre d’études stratégiques de l’Afrique (CESA), a échangé, le mardi dernier au CICB, avec la presse nationale et internationale sur les missions de l’Africom. Il était accompagné par l’Ambassadeur des USA au Mali, Terence Mc Culley et le directeur du CESA, Peter R. Chaveas.

Comme le président des USA Georges W. Bush, lors de sa récente tournée africaine, le commandant de l’Africom a précisé que ce commandement des USA pour l’Afrique, est une structure qui aidera les dirigeants africains à s’attaquer aux conflits qui minent le continent. Il rentre également dans le cadre de la coopération avec les pays partenaires des USA pour instaurer un dialogue efficace sur les sujets qui intéressent le continent africain.

Africom est un centre destiné à prévenir les guerres, et contenir les foyers de tension. Mais il semble que la mission de l’Africom a été souvent mal comprise d’où la précision du Président américain « tout d’abord, il s’agit d’une structure de commandement exceptionnelle pour les Etats-Unis. C’est un centre qui vise à fournir une aide militaire aux pays africains afin qu’ils soient plus à même de s’attaquer aux conflits africains, notamment dans le domaine de la formation en matière de maintien de la paix ». William Ward a insisté sur cet aspect de la formation. « Africom cherche à poursuivre l’aide par la formation », a-t-il indiqué. Et les USA promettent d’apporter, au-delà de la formation, d’autres assistances qui pourront concerner les équipements, les procédures, la logistique, etc.

Si l’Africom a été mise en place pour aider l’Afrique, pourquoi serait-il basé en Allemagne ? Le Général Ward indique que cet éloignement n’entamera en aucune façon leur efficacité et leur promptitude à accompagner leurs partenaires africains.

Il a, cependant précisé, qu’aucun pays africain n’a été contacté pour abriter le commandement des Etats-Unis d’Afrique. Et les USA n’écartent pas l’éventualité de la création d’un bureau d’Africom dans un pays africain. En ce qui concerne le Mali et tous les pays de la bande sahélienne, le commandant d’Afrique promet de les aider au tant que possible, à leur demande, dans leurs efforts de maintenir la stabilité dans leur pays respectif et de lutte contre le banditisme transfrontalier. Africom assistera le Mali pour consolider la paix au nord par la formation et un appui logistique.

Le centre de commandement des USA pour l’Afrique envisage à l’avenir d’exécuter plusieurs programmes de formation, des opérations de patrouille et d’autres activités dans le domaine de la sécurité.

I. Maïga

28 Février 2008.