Partager

jpg_une-59.jpgLe maire de la commune rurale de Sangarébougou, Fodé Kéïta, a salué la construction de cette structure, qui va mettre la localité à l’abri des bandits de grand chemin. La construction de ce poste, a-t-il rappelé, était la réponse à « une doléance des populations » qui ne pouvaient plus circuler librement à certaines heures du soir à cause de la peur de rencontrer des bandits.

L’histoire de cette brigade mérite d’être contée. Créée le 10 juin 2005, avant de devenir opérationnelle trois mois plus tard, le 20 septembre, cette unité utilisait comme bureaux, une maison en bail dans le quartier de Seydoubougou.

Du 20 septembre 2005 au 31 décembre 2006, les maires des commune rurales de Sangarébougou, Dialakorodji, Safo, Ngabacoro Droit, Moribabougou et celui de la Commune I du District de Bamako, ont assuré la prise en charge du loyer mensuel de cette maison qui s’élève à 150 000 Fcfa.

A partir du 1er janvier 2007, le ministère de la Défense et des Anciens combattants a pris le relais de cette charge.
Le directeur général de la gendarmerie nationale a exprimé sa gratitude aux conseils communaux pour tous les efforts qu’ils ont consentis en faveur de cette brigade. Cet acte hautement civique est l’illustration, selon le colonel Tiefing Konaté, de leur engagement aux côtés du gouvernement dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles des forces de sécurité, en général et de la gendarmerie, en particulier.

L’infrastructure, ainsi inaugurée, a été entièrement financée par le ministère de la Sécurité intérieure et de la Protection civile pour un coût de 41,8 millions Fcfa. Elle comprend 4 bureaux, 1 magasin, des toilettes et 2 chambres de sûreté humanisées -une pour les hommes et l’autre pour les femmes.

Le directeur général de la gendarmerie nationale a salué les efforts du gouvernement pour garantir à ses éléments de meilleures conditions de vie et de travail.

Il a égréné à l’occasion un chapelet de réalisations effectuées par le département de juin 2002 à nos jours : un état-major de légion et deux brigades territoriales à Kayes ; une compagnie territoriale et six brigades territoriales à Sikasso ; trois brigades territoriales à Mopti ; quatre brigades territoriales à Bamako ; un état-major au groupement territorial de Tombouctou ; quatre brigades territoriales au groupement de Gao ; un fort abritant l’escadron de Tarkint et un logement pour ses sous officiers. S’y ajoutent sept autres brigades territoriales et un centre cynophile qui sont en cours de construction.

Pour le ministre de la Sécurité intérieure et de Protection civile, toutes ces infrastructures visent à faciliter le travail des hommes en uniforme car la sécurité des Maliens est « une préoccupation du président de la République et de tout le gouvernement ». Sadio Gassama a lancé un appel aux populations afin qu’elles aident les forces de sécurité à travers l’établissement d’une collaboration franche et avantageuse.

P. MBEN

Essor du 22 octobre 2008