Partager

Le chef d’état-major général adjoint des armées, le colonel-major Ousmane Wélé, a présidé, jeudi dernier, la cérémonie de fin de formation de la 28è promotion des élèves sous-officiers de la gendarmerie nationale.

L’évènement s’est déroulé dans l’enceinte de la caserne chef d’escadron Balla Koné de la gendarmerie nationale sise à Faladié, en présence de nombreuses personnalités, de la hiérarchie militaire et des partenaires.

Cette promotion porte désormais le nom de feu capitaine Harouna Sangaré, décédé suite à une attaque barbare des groupes armés terroristes en janvier 2020. Ils sont 1.287 sous-officiers dont 81 personnels féminins à recevoir leurs certificats marquant la fin d’une formation de près de 11 mois. Ils ont alterné instruction et stages pratiques dans des unités de gendarmerie.

Le taux de réussite de cette promotion est de 98,99 %, à l’issue des résultats de l’examen de fin de formation.

Ce qui fera dire au commandant des écoles et centres de formation de la gendarmerie nationale qu’au regard de ces résultats et grâce à la détermination et au professionnalisme de tous les acteurs impliqués dans la formation, les objectifs initialement fixés, dans ce cadre, ont été largement atteints.

Ce, malgré certains défis et contraintes auxquels le commandement des écoles a été confrontés. Le colonel Mouthian Philémon Diarra a relevé que les élèves gendarmes ont suivi des cours aussi bien sur le plan militaire que celui de la formation d’agent de la sécurité publique.

S’adressant aux nouveaux bénéficiaires, il les a invités à accomplir leur tâche et responsabilité dans la droiture, la vérité et la justice. «Il s’agit de notre devoir, non seulement envers nos citoyens, mais aussi envers la patrie», a exhorté le premier responsable des écoles et centres de formation de la gendarmerie.

Pour le directeur de la gendarmerie nationale la réussite de la formation dessous-officiers relève en grande partie de l’engagement et de la disponibilité du commandement des écoles, des instructeurs civils et militaires. Mais surtout de l’appui constant du personnel de soutien.

La situation particulière de la bande sahélo-saharienne demande la cohésion, la solidarité, la mutualisation des moyens et la synergie d’actions. Selon le colonel-major Sambou Minkoro Diakité, l’anticipation et la préparation optimale doivent précéder l’ensemble de nos activités.Les sous-officiers constituent le maillon essentiel de la chaine de commandement.

Pour le chef d’état-major général adjoint des armées, leur arrivée dans les rangs des Forces de défense et de sécurité maliennes, renforcent la capacité opérationnelle de nos hommes en uniforme.

Toutes choses qui rassurent davantage nos forces à répondre à leurs missions régaliennes de défense de l’intégrité territoriale et de protection des personnes et de leurs biens. Occasion pour le colonel-major Ousmane Wélé d’exhorter ces jeunes gendarmes à mettre en pratique toutes les connaissances qu’ils viennent d’acquérir pour faire preuve d’un sens élevé du devoir.

La cérémonie a été marquée par la remise des certificats par les officiels aux trois premiers de la promotion et des démonstrations des récipiendaires notamment des sports de combat et la tactique d’intervention. Ainsi, le maréchal des logis Mamadou Guindo se classe major de sa promotion. Il a reçu des mains du chef d’état-major général adjoint des armées son attestation et une somme de 150.000 Fcfa

Mariétou KOÏTE

Source: L’Essor