Partager

Après la région de Ségou la semaine passée, Modibo Sidibé, le candidat des Fare était le week-end dernier dans les cercles de Bougouni et Yanfolila. C’était le samedi 15 et le dimanche 16 juin 2013. La délégation était composée de Modibo Sidibé lui-même ; de Zoumana Mory Coulibaly, premier-vice président des Fare ; d’Amadou Togola, ancien Dg des douanes ; de Satigui Sidibé dit Diarani Satigui, Sidibé Kourian Sidibé, Mamery Sidibé, Fousseeiny Diakité, Amadou Cissé et Mamadou Ivan Diallo, président de l’Association Faso Den Gnouma.

La délégation a quitté Bamako très tôt le matin en mettant le cap sur le cercle de Bougouni, plus précisément à la frontière Mali-Côte d’Ivoire dans le village de Manancoro. Ici, Modibo Sidibé et sa délégation ont été reçus par les populations, avec à leur tête, les responsables du parti Fare du cercle de Bougouni, Baba Sidibé et ses hommes. Après l’accueil par les chasseurs et les jeunes, Modibo Sidibé est allé à la rencontre de la population. Sur la plaque publique, les jeunes, femmes, les imams et chefs de village ont pris la parole un à un, mais tous se retrouvent avec la même doléance : l’état de leur route.

Chaka Konaté, au nom des jeunes, a demandé la construction de la Medersa et la finition des travaux de leur mosquée, ainsi que l’aménagement de la plaine, afin de faciliter la culture du riz. Les femmes, par la voix de leur doyenne, Hadja Sitan Samaké, a fait savoir que les femmes travaillent la terre ; elles font des travaux domestiques, mais quand elles tombent enceintes, pour les amener à Bougouni, c’est un calvaire, car il n’y a pas de route. Les femmes de Manancoro pensent que les choses doivent changer, parce que cela fait plus 50 que leur route est dans cet état délabré.

Auparavant, Amadou Cissé avait présenté la délégation, avant de revenir sur la présentation du candidat, Modibo Sidibé qui est, avant tout, un enfant de Manancoro. Car, il est du Wassoulou. Amadou Togola a abondé dans le même sens en mettant en exergue la chance qu’ils ont, en recevant un candidat comme Modibo Sidibé qui est l’unique candidat à venir jusqu’à eux.

Pour Modibo Sidibé, il est venu par la route, il a vu l’état de la route, et connaît la potentialité économique et agricole de la zone. Il dit avoir pris bonne note des doléances. Il a demandé aux femmes, aux jeunes, d’aller voir le travail de la Commission administrative et se préparer pour les élections à venir et surtout, de sortir massivement le 28 juillet pour aller voter. Le candidat des Fare pense que tous les Maliens sont égaux en matière de vote, car personne n’a une voix de plus que l’autre. De ce fait, chacun doit alors exprimer son choix.

Il a en outre parlé de son projet Horizon 2030, basé sur le développement local et la prospérité des populations, en leur dotant des moyens adéquats pour vivre sur place, sans aller ailleurs. Avec le développement de chaque secteur de la vie de façon durable, avec plus de citoyenneté et de suivi et contrôle de la population. Il a pris l’exemple sur un enfant de 7 ans qui, avant d’atteindre la majorité à l’horizon 2030, doit pouvoir faire des études, sa formation et s’installer chez lui.

Pendant toute la journée, partout il est passé, Modibo Sidibé a insisté sur le vote et son projet pour les Maliens à Horizon 2030. De Manancoro à Garalo, en passant Kolodjou et Kondjougou, les femmes ont dit avoir bien compris ce projet qui peut assurer l’avenir de leurs enfants. Bintou Camara de Kondjougou qui était très déçue des hommes politiques, pense qu’avec des messages d’avenir à partir des réalisations à la base, les femmes font confiance à Modibo Sidibé.

La présidente des femmes de Garalo s’est dit émerveillée par la vision, car elle ne savait pas qu’un candidat connaît la potentialité agricole de Garalo, surtout le fait qu’il a mis l’accent sur le rôle important que les femmes jouent au niveau des foyers, leur participation économique dans la gestion de la famille qui peut être une chaîne de transformation économique pour les femmes du village. Et à Modibo Sidibé d’ajouter que rien de durable ne pourra se faire sans les femmes. Et que dans la zone de Manancoro, sans la route, aucune activité ne sera durable.

Kassim TRAORE, envoyé spécial


Yanfolila, Sido et Keleya : des adhésions sans faille

Le dimanche 16 juin 2013, après avoir fait le trajet Bougouni-Manancoro, Modibo Sidibé a rencontré à Bougouni, les communautés des cercles de Yanfolila, Kolondièba et Bana. Le matin, il a été reçu par la famille Diakité de Bougouni. L’imam et le chef de village y étaient présents. Pendant plus d’une heure de temps, les sages de Bougouni faisaient, tour à tour, des témoignages sur le fils du capitaine Sidibé et sur son grand-frère Mandé. Dans le vestibule, le patriarche des Diakité a dit que Modibo Sidibé est chez lui à Bougouni, car il n’est pas à sa première fois dans le «blon».

Après les notables de Bougouni, c’était le tour des ressortissants de Bana d’échanger avec Modibo Sidibé. Plusieurs personnes d’âge mûr ont pris part à la rencontre, qui a surtout été marquée par l’importance du vote et la participation des populations de Bana. Au nom des ressortissants du cercle de Kolondièba, Sibiri Touré, a échangé avec Modibo Sidibé. Ceux-ci avaient fait une grande mobilisation à la veille, le samedi, mais malheureusement, la délégation de Modibo Sidibé n’était pas informée. Ils ont promis de soutenir Modibo Sidibé pour les élections à venir.

La dernière communauté a été celle du Wassoulou, avec des témoignages et des mots de soutiens. Certains ont demandé que le candidat des Fare se rende dans leur village, alors qu’il avait fait déjà deux visites chez ces mêmes personnes. Mais, compte tenu du programme chargé et surtout que la délégation continuait sur le même Wassoulou, cela n’a pas été possible. La première étape, c’était les villages de Balena, Djeguenia et Bounoukou, avant de mettre le cap sur Yanfolila ville. Dans ces villages, l’accueil était à la hauteur et riche en couleurs avec des chants et danses.

À Yanfolila, devant la maison du chef de village Zoumana Sidibé, Modibo Sidibé a été accueilli par une chorégraphie aux couleurs nationales, exécutée par des jeunes filles et garçons dont la moyenne d’âge n’atteint pas 16 ans. Dans le Wassoulou, personne ne pouvait réguler le temps de parole, car chacun s’exprimait en sa façon, mais le tout se retrouvait en faveur d’un seul homme : le candidat des Fare. L’union sacrée autour de Modibo Sidibé se renforce, car même les indécis, avant le coup d’Etat, commencent à comprendre que la candidature de leur frère est du sérieux. Selon certains jeunes, il n’a rien perdu au Wassoulou ; au contraire, ce sont des jeunes qui viennent chaque jour à la coordination mise en place par le président du Conseil de cercle, Seydou Diakité.

Le chef de village de Yanfolila est le chef d’orchestre des notables, chefs coutumiers et gardiens du temple. Ici, les populations et les villages visités dans le cercle de Yanfolila pensent que c’est la délégation qui est venue, sans quoi, pour eux, le candidat des Fare même, sait comment ils travaillent. Pour la présidentielle, ils entendent jouer la carte Modibo gagne dans tout le Wassoulou. «Nous avons les moyens, les femmes et les jeunes, pour le faire élire…», a laissé entendre Seydou Diakité, président du Conseil de cercle. Il est à pied œuvre pour la validation des listes électorales.

En somme, c’est un Modibo Sidibé très satisfait qui a quitté Yanfolila pour venir saluer les jeunes, les femmes et les notables de Sido et Keleya, qui sont tous d’accord pour le soutenir. Après Keleya et Sido, la délégation est rentrée à Bamako.

Kassim TRAORE, envoyé spécial


Sitan Samaké : «Depuis Modibo Keïta en 1962, je n’ai pas vu un homme politique de votre rang à Manancoro. J’avais décidé de me retirer totalement, c’est mon petit-fils qui est avec vous. Donc, je suis obligée de vous suivre, tout comme les femmes de Manancoro. Les jeunes vont nous suivre. Votre programme de campagne répond à la prise en charge des problèmes des femmes. Le développement local avec des moyens de base, nous rassure. Moi, je vous donne rendez-vous au petit soir du 28 juillet prochain et on en parlera».

Djénéba Tangara de Konlougou :«C’est notre première fois de voir Modibo Sidibé chez nous. Ce qu’il a dit ne pourra se concrétiser que si on vote pour lui. Les femmes de Konlougou ont pris l’engagement, devant lui-même. Donc, la suite, on verra. Je trouve que c’est un homme de parole, parce que j’ai une amie à Nioro du Sahel et c’est Modibo Sidibé qui a construit là-bas le centre de santé. Alors, s’il vient chez nous ici, il a tout vu et entendu, il sait qu’on va voter pour lui. La balle est dans son camp»

Drissa Sangaré, maire Cnid de Blandié : «Je suis là pour soutenir Modibo Sidibé. Nous allons travailler avec ses gens pour qu’il soit élu. Je suis du Cnid, mais pour la présidentielle, nous allons travailler pour Modibo Sidibé. Nous sommes 4 maires dans la zone ici. Parce que nous avons travaillé l’année dernière avec Yanfolila pour qu’il soit le président de la République du Mali, cela n’a rien à voir avec nos partis politiques. On soutient Modibo Sidibé, c’est pourquoi toutes les communes sont venues à Garalo pour l’accueillir»

Seydou Diakité, président du conseil de cercle de Yanfolila : «Nous sommes les initiateurs de la candidature de Modibo Sidibé, dans le Wassoulou. Les 12 communes travaillent pour la victoire de Modibo Sidibé. On doit lui prouver qu’il est d’ici. En 2002, personne n’a battu Mandé Sidibé ici dans le Wassoulou. Cette année, nous allons faire mieux qu’en 2002, parce que nous sommes là-dessus, ça vaut deux ans. On a eu le temps. On a une commission ici à Yanfollia et on travaille correctement avec Bamako et avec tous les responsables, afin que le Wassoulou soit au rendez-vous le 28 juillet prochain»

Le Reporter du 19 juin 2013.