Partager

Aujourd’hui au Mali, les jeunes veulent entreprendre. Force est de reconnaître  que l’écosystème n’est pas toujours favorable pour les start-ups. Malgré cette réalité, certains jeunes parviennent à s’imposer. C’est le cas de Gaoussou Ousmane Diallo, un jeune homme passionné, leaders associatif, élu de la 1ère édition de Monsieur Mali 2018, (Personnalité masculine de l’année), une initiative pour promouvoir l’entrepreneuriat jeune au Mali. Il est originaire de la cité des Balanzan, Ségou, 4ème région du Mali. Acteur de cinéma, il est le responsable de la production audiovisuelle chez Oxica Production.   

Qu’est-ce qui vous a motivé à entreprendre ?

Gaoussou Ousmane Diallo : Je dirais : liberté, pouvoir et développement. Être en mesure d’entreprendre aujourd’hui en Afrique, pouvoir crée sa boite, ne travailler que pour soit est une liberté absolue. Et quand on est libre, nous avons le pouvoir de décider avec qui nous voulons travailler. En outre, nous pouvons également décider surtout où nous voulons étendre notre business. Donc cela témoigne un développement croissant pour un continent qui se positionne sur les rampes de l’émergence mondiale avec le dynamisme de sa jeunesse.      

Quels sont vos projets et comment comptez vous les réaliser ? 

G.O.D : Les projections pour l’avenir sont multiples. Avec mon association Street Movie/Save for change, on prépare la prochaine édition de la journée culturelle des logements sociaux avec plein de nouveautés et d’attractions importantes. De 2018 à maintenant, le programme est à sa 3e édition. Aujourd’hui, il attire beaucoup d’institutions internationales auprès du Mali comme la délégation de l’Union européenne, l’ambassade du Grand-duché de Luxembourg que je remercie au passage pour la confiance placée en notre jeune association. Nous avons également plusieurs projets innovants en cours avec Oxica Production notamment les « Digital Era ». C’est la nuit la plus prestigieuse sous-régionale dont le point de départ commence au Mali afin de recommencer l’effort et le mérite du digitale en Afrique. Je vous invite d’ailleurs à nous rejoindre. 

Que préconisez-vous aux jeunes qui veulent entreprendre comme vous ? 

G.O.D : Je pense qu’aujourd’hui, en tant que jeune, entreprendre est la seule alternative possible pour le développement d’un pays comme le Mali. Donc la base, c’est d’être créatif, aller là ou personne ne vous attend, stay focus, et surtout  ne rien lâcher.  

Jacques Coulibaly 

@Afribone