Partager

photo-gao-int1.jpgLes résultats des communales du dimanche dernier dans la ville de Gao font polémique. Le maire sortant, Sadou H. Diallo, président du PDES se réclame victorieux tandis que d’autres résultats classent le RPM à la tête du peloton.

La région de Gao risque de revivre de nouvelles tensions après celles qui ont éclaté lors de la mise en place des autorités intérimaires ou pendant l’occupation. Cette fois-ci, c’est une crise post électorale qui guette la ville.

En effet, les résultats provisoires des élections communales du 20 novembre 2016 sont contestés par la liste du Parti pour le développement économique et la solidarité (PDES) conduite par l’ancien maire de la ville, Sadou Harouna Diallo. Selon le chargé de communication du parti, Nouhoum Togo, leur état-major dans la ville de Gao a les procès verbaux signés par les présidents des bureaux de vote qui donnent le PDES vainqueur du scrutin. Mais, à leur grande surprise, explique M. Togo, c’est hier que certains résultats publiés « apparemment manipulés » ont donné la victoire au RPM.

En claire, ces résultats donne 11 conseillers aux deux partis, mais le RPM dépasserait le PDES en nombre de voix soit 5080 pour le parti d’IBK contre 4834 voix pour celui de l’ancien président, Amadou T. Touré.

A l’annonce de ces « résultats provisoires contestés », certains jeunes ont manifesté dans la Cité des Askias pour soutenir la liste de Sadou H. Diallo. « Nous n’accepterons jamais un hold-up électoral dans notre ville. Il faut que le vote de la population soit respecté », lance M. Diallo.

Le chargé de communication du PDES, Nouhoum Togo enfonce le clou en promettant que son parti ne se laissera jamais faire à Gao. « Nous avons notre avocat sur place. Malgré la combine du ministre de la Défense et des Anciens combattants actuellement à Gao pour soutenir le candidat RPM, la population a choisi notre président. Et nous comptons nous battre pour ça », ajoute-t-il

Sory I. Konaté
22 Novembre 2016
©AFRIBONE