Partager


Le Rassemblement National pour la Démocratie (RND) se prépare à faire fusion avec l’ADEMA-PASJ. C’est dans cette perspective qu’une délégation de la direction nationale du RND, conduite par son président, Me Abdoulaye Garba Tapo, vient de rencontrer le Comité Exécutif du parti de l’Abeille. C’était le vendredi 18 Avril 2008,à partir de 17h, au siège de l’ADEMA, sis à Bamako-Coura.

Outre Me Tapo, on notait la présence des principaux tenors du RND, dont le 1er vice-président Hamalla Haïdara, et la secrétaire générale et non moins ministre chargée des Relations avec les Institutions, Mme Diabaté Fatoumata Guindo. Côté ADEMA, étaient présents à cette rencontre Dioncounda Traoré, le président du CE, Marimantia Diarra, le secrétaire général, Moussa Alassane Touré, le secrétaire administratif, entre autres.

Au sortir de la salle, l’optimisme était lisible sur les visages de part et d’autre, par rapport au projet à réaliser. “A un moment donné de la vie, il faut être réaliste et pragmatique. Après réflexions, nous avons décidé d’aller vers l’ADEMA. Au cours cette rencontre, on est parvenu à un accord sur le principe de la fusion ; il reste à régler quelques petits détails”, nous a confié Me Tapo, le sourire aux lèvres, à sa sortie de la salle de réunion de l’ADEMA, son futur parti. “Tu me verras venir ici de temps en temps, pour prendre part à des réunions”, a lancé Hamalla Haïdara, qui serrait la main d’un des militants ADEMA présents dans la cour, pour être témoins de cet évènement.

Du côté de l’ADEMA, si le vendredi 18 Avril 2008 n’est pas un jour de fête, il ne ressemble pas non plus aux autres jours du mois. “Les responsables du RND sont sincères; je pense que nous pourrons faire beaucoup de choses ensemble”, nous lancera un baron du CE-ADEMA, vraisemblablement satisfait de la réunion que son parti venait de tenir avec Me Tapo et camarades.

Si les choses continuent comme ça, je reste convaincu que rien n’arrêtera l’ADEMA en 2012”, a affirmé un militant du parti de l’Abeille, qui se réjouit de la qualité des hommes qui se préparent à rejoindre son parti. Dans la tête des responsables et militants l’ADEMA et du RND, la fusion est donc presque un acquis. Les deux partis sont obligés d’y parvenir, à partir du moment où ils ont dépassé le stade des conciliabules politiques pour se retrouver officiellement, afin de discuter de ce projet commun. Et le ciel a béni, en quelque sorte, le projet, puisqu’une pluie est venue arroser l’après cérémonie.

En attendant, en vue d’aller rapidement vers la concrétisation de ce projet, la rencontre du 18 avril 2008 a décidé de la mise en place d’une commission paritaire pour réfléchir sur les modalités de la fusion?C’est dire qu’il n’y a pas de temps à perdre. En tout état de cause, en parvenant à un accord de fusion avec le RND, le parti de l’Abeille reste fidèle à une recommandation de la 9ème conférence nationale tenue les 15 Mars 2008. Il s’agit de poursuivre les actions politiques tendant à enregistrer de nouvelles adhésions dans le parti, et d’assurer une bonne préparation du prochain congrès ordinaire.

Le RND n’arrive pas les bras ballants

En faisant fusion avec le RND, personne ne peut dire que l’ADEMA a fait une mauvaise affaire. En effet, bien que le parti de Me Abdoulaye Garba Tapo ne couvre pas l’ensemble du territoire national, il a tout de même une présence significative sur le terrain. Ses implantations sont à Kayes, Koulikoro, Mopti, Kati, Koutiala, Bandiagara, Koro, Bankass… Sans oublier que le RND a ses représentations au Sénégal et en France.

Par ailleurs, si le RND n’a jusqu’ici pas présenté de candidat à une élection présidentielle (il a soutenu en 2002 et en 2007), par contre, il a participé aux élections législatives et communales de 1997 et 1998-1999, aux législatives de 2002 et 2007 et aux communales de 2004. Ainsi aux communales 1998-1999, il a obtenu 148 conseillers. Il a amélioré ce score aux communales 2004, en se frottant les mains avec 154 élus communaux.

Aux législatives de 2002, il a gagné 2 députés en 2002, mais en 2007, il n’a eu qu’un seul député. Ce qui permet au RND d’être représenté au niveau de l’Assemblée nationale et au Haut Conseil des Collectivités Territoriales. Aussi ce parti est représenté au niveau du gouvernement de Modibo Sidibé par sa Secrétaire Générale, Mme Diabaté Fatoumata Guindo, ministre des Relations avec les Institutions.

C’est dire que le RND a décidé de venir à l’ADEMA -l’un de ses alliés au sein de l’ADP- non pas les mains vides (contrairement à d’autres partis politiques qui désirent faire fusion avec le parti de l’Abeille), mais avec une forte représentation électorale, en plus de ses projet de société et programme de gouvernement.

Aussi cette fusion semble être le choix de la base vers le sommet. Depuis des mois en effet, des contacts existaient sur le terrain, entre les responsables des sections de l’ADEMA et du RND. Au lieu que les uns et les autres décident d’y aller individuellement, la direction nationale du RND a pris les devants, en adhérant à l’idée exprimée par le peuple RND.

Certes, ces adhésions sont une bonne chose, mais à l’ADEMA, il existe un paradoxe. Depuis le 1er Avril, et ce, jusqu’au 31 Mai 2008, on a entamé le renouvellement des structures à la base. Entre-temps, des négociations sont en cours pour convaincre des partis à faire fusion avec le PASJ. Cela crée nécessairement une situation confuse sur le terrain.

Pendant qu’au sommet, on accueille de nouveaux adhérents, à la base par contre, on se précipite pour renouveler des comités, sous-sections et sections. A croire que ceux qui se précipitent ont peur, sont animés par un instinct de conservation, ou voudraient barrer la route à ceux qui arrivent. Le CE en est-il conscient? Que fera-t-il alors pour éviter toute frustration chez les nouveaux arrivants?

Oumar SIDIBE

21 avril 20008.