Partager

C’est dans une atmosphère surchauffée que s’est déroulée, hier à l’immeuble Tomota à Hamdallaye, l’assemblée générale des étudiants de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FSEG). Rarement une assemblée générale (AG) des étudiants se tient dans une ambiance calme (sans contestation, brûlures de pneus, jets de pierre etc.). Et pourtant c’était le cas des étudiants de la FSEG hier lors de leur AG par rapport à la situation qui prévaut chez eux.

Ce sentiment de désespoir, de peine perdue qu’on pouvait lire sur leur visage s’explique tout simplement par deux faits. Le premier est dû à la publication de leurs notes de classe il y a un peu plus de deux semaines (21 novembre 2006). Ces notes, à leur grande surprise, sont émaillées d’erreurs, d’omissions (colonnes vides, notes inversés etc).

Le second concerne la proclamation des résultats de leur première session qui devraient en principe être affichés depuis le 31 octobre dernier. Ainsi, face à ces deux problèmes, les étudiants de la FSEG ne savent plus à quel saint se vouer.

Les professeurs sur lesquels ils comptaient pour le bon déroulement des examens ne parlent plus le même langage que le chef de DER. Et de l’autre côté, l’administrateur provisoire, Bany Touré, est accusé de ne pas prêter une oreille attentive aux étudiants.

Le secrétaire général du comité AEEM de la FSEG, Békaye Traoré, dira qu’ils ont tenu à faire cette assemblée pour informer l’opinion de la manière dont les différents responsables qui ont leur sort entre leurs mains se comportent.

En effet, les professeurs des différentes classes (1ère à la 4 ème année) retiennent les feuilles d’examens en otage et refusent le dépôt. Il semblerait que les professeurs veulent obtenir la démission du chef de DER. Les étudiants ont entamé des démarches pour que soit trouvée une solution à leur problème. Surprise : chacune des parties estime ne pas être responsables de la situation.

Bany Touré, l’administrateur provisoire qui aurait été également approché n’aurait dit mot. Est-ce parce qu’il n’avait pu s’entendre avec le professeurs et les étudiants de cette faculté sur l’organisation de la première session au mois d’août dernier ?

« En tout cas nous allons continuer les pourparlers jusqu’à ce que nos résultats soient proclamés« , a expliqué le secrétaire général, Bakaye Traoré. Et pourtant avant que les deux facultés ne soient scindées, la section sciences économiques était la section où il y avait moins de problèmes comparativement à celle du droit d’où partaient la majeure partie des problèmes.

Aujourd’hui, c’est le contraire. La preuve : au niveau de la faculté de droit, les résultats de la première session ont été proclamés. L’on se rappelle que la première session au niveau de la FSEG était prévue pour le 7 août en même temps que celle du droit.

Elle a été reportée sur accord des professeurs et des étudiants pour des raisons de vacances. au 15 septembre 2006. Finalement, les examens se sont déroulés du 1er au 11 octobre 2006.

Depuis, l’espoir des étudiants de cette faculté ne fait que s’amincir à cause d’un différend dans lequel, ils ne sont nullement impliqués. A quand la reprise de l’année académique 2006-2007 au niveau de la FSEG ?

Hadama Fofana

08 décembre 2006.