Partager

Des armes à feu et plus de 13 000 cartouches pour fusil semi automatique saisis par la Douane malienne

Importante saisie de 10kg de cocaïne d’une valeur de 300 millions de FCFA d’armes à feu et de plus de 13.400 cartouches 7/62-43 de type semi long pour fusil semi automatique (FSA). Ces saisies ont été opérées par la Douane sur une femme et un homme, tous deux en provenance de la Guinée Conakry.

C’est au cours de patouilles régulières, menées depuis le début du mois de septembre par le nouveau chef du Bureau des Douanes et son équipe pour démasquer les trafiquants, narcotrafiquants et autres contrebandiers, le long de la frontière entre le Mali et la Guinée, que ces saisies ont été effectuées.

Il faut dire que depuis quelques années, le tronçon Bamako-Conakry, qui constitue l’itinéraire le plus proche pour les Maliens pour atteindre un port, est devenu, à la faveur de la crise ivoirienne, très fréquenté.

La fluidité du trafic sur cette route a amené certaines personnes mal intentionnées à s’adonner à des activités peu nobles, notamment le trafic de stupéfiants, d’armes à feu, de munitions et autres produits de contrebande.

Ainsi, durant les deux premières semaines du mois de septembre, les gabelous de Kourémalé, sous la conduite de leur nouveau chef du Bureau, le capitaine Ibrahima Condé, ont démasqué une dame du nom de Koïta Djènè Touré, spécialisée dans le trafic de drogue. A bord d’un taxi immatriculé RC 6546 F RG conduit par Mory Kanté (à ne pas confondre avec le célèbre chanteur), les hommes du capitaine Ibrahima Condé, au cours d’une fouille régulière, minutieusement menée, ont découvert deux valises à double poche chacune dans le taxi.

Dans ces valises se trouvaient des paquets de cocaïne de 5/5 totalisant 10 kg dont la valeur est estimée à plus de 300 millions de FCFA. Le kg de la cocaïne (très prisée sur le marché des drogues) est vendu, selon des sources bien informées, à pas moins de 30 millions de FCFA.

Interpellée, la dame Koïta Djènè Touré, en reconnaissant son forfait, dira que les produits prohibés lui ont été confiés par quelqu’un dont elle n’a pas voulu décliner l’identité. Elle a ajouté que la personne en question lui avait remis les deux valises à Conakry afin qu’elle les convoie à Bamako contre la modique somme de 500 000 francs guinéens, soit environ 50 000 FCFA. Koïta Djènè Touré d’ajouter qu’elle a accepté d’acheminer ces deux valises à Bamako, sans chercher à connaître réellement leur contenu.

Celui-ci mis à jour, Koïta Djènè Touré, qui n’a fait que supplier Condé et ses hommes de lui accorder leur faveur, priant Dieu de ne plus recommencer une telle activité, a été conduite à Kangaba et placée sous le contrôle du juge de paix à compétence étendue, après établissement d’un procès-verbal à son sujet.

L’autre saisie importante fut effectuée par le Capitaine Ibrahima Condé et ses hommes, à quelques jours d’intervalle. Il s’agit de la découverte de 13 400 cartouches 7/62-43 type semi long pour FAS (Fusil semi automatique) dans un camion remorque immatriculé RC 7601 F RG conduit par Sékou Komina, en provenance de la Guinée Conakry.

Le Chef du Bureau des Douanes frontalières de Kourémalé, que le journal L’Indépendant a rencontré, le jeudi 18 septembre, en même temps que l’équipe de l’ORTM, dira que Sékou Komina, dans un sang-froid olympien, avait déclaré aux douaniers qu’il n’y avait rien de spécial à bord de son camion et qu’il ne voyait pas l’iintérêt d’une quelconque fouille qui ne ferait que retarder son chemin.

En s’adressant ainsi aux douaniers, Sékou Komina n’avait certainement pas compté avec le sens professionnel des gabelous de Kourémalé, qui ont procédé à la fouille de son camion. Résultat : ils ont découvert plus de 13 400 cartouches 7/62-43, de type semi long pour FSA minutieusement emballées dans des sachets et des paquets, le tout fourré dans des lames chargeurs.

Mis devant son forfait, Sékou Komina n’a voulu décliner, lui non plus, ni le nom de celui qui l’a chargé d’acheminer ces munitions sur Bamako, ni le nom de celui à qui elles étaient destinées. Il a été, lui aussi, conduit devant le juge de paix à compétence étendue de Kangaba, après procès-verbal établi par les soins du Capitaine Ibrahima Condé.

Zhao Ahmed BAMBA
Envoyé Spécial

25 Septembre 2008