Partager

A peine installés, les ministres de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues nationales et des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche scientifique doivent faire face à une fronde dans le milieu enseignant. En effet, les syndicats de l’enseignement secondaire, regroupés au sein de la Coordination des Syndicats de l’Enseignement Secondaire (COSES), ont déposé la semaine dernière un préavis de grève de 48 heures allant du 6 au 7 novembre 2007 sur les tables des ministres qui ont en charge la gestion des enseignants.

Le préavis comporte 7 points : l’octroi d’une indemnité de logement aux travailleurs de l’Enseignement secondaire ; la levée des obstacles juridiques (promotion, formation, détachement, etc. ; la relecture de l’article 60 de la loi no 99- 046 du 28 décembre 1999 portant loi d’orientation sur l’Education ; la relecture du décret no o3- 324 du 06 août 2003 portant statut du personnel enseignant de l’Enseignement fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale ; la rémunération de l’évaluation de la formation modulaire ; le paiement avec rappel de l’incidence financière de l’augmentation de la valeur indiciaire des professeurs contractuels à compter du 1er janvier 2007 ; l’application correcte des décrets no 00598, no 00599 du 04 décembre 2000 portant cadre organique des Académies et des CAP.

Par cette grève de 2 jours, les enseignants du secondaire veulent manifester leur mécontentement face à des promesses non tenues. En effet, l’ancien Premier ministre avait le 17 juillet dernier obtenu un accord avec le SYNTES et le SYPCES dont les militants détenaient les notes des élèves.

Ce jour, des commissions de travail avaient été créées pour donner satisfaction aux enseignants dans un bref délai. Mais la joie a été de courte durée. Les commissions n’ont produit aucun rapport, prouvant la bonne foi du gouvernement. Ce qui a provoqué l’ire des syndicats d’enseignants. Cette façon de gérer le problème des enseignants à amener les responsables syndicaux à déposer un préavis de grève avant même que les nouveaux ministres ne rencontrent les différents bureaux.

La Coordination compte 4 syndicats (SYPCES, SYNTES, SYNESTP, SYNAPEF). Son bureau de 11 membres, dirigé par le Secrétaire général du SYPCES Tiémoko Dao, a été mis en place le 13 octobre dernier.

Yoro SOW

22 octobre 2007.