Partager

Pour soutenir le Collectif des ressortissants des régions du Nord (Coren) dans son combat pour la libération des régions Nord du Mali, victimes d’invasion, le Parti pour la Renaissance nationale (Parena) a rencontré le Coren pour l’encourager dans le travail remarquable qu’il est en train d’abattre et a remis (1)un million FCFA au Coren. La rencontre a eu lieu ce mercredi 9 mai 2012 au siège du Coren à Bacodjicoroni. Etaient présents à cette rencontre, le président du Coren, Malick Alhousseini Maiga ; le président du Parena, Tiébilé Dramé accompagné du 1er vice-président du parti, Me Amidou Diabaté et du secrétaire général, Djiguiba Keita.

Pour venir en aide aux populations des régions nord du Mali, le parti pour la renaissance nationale (Parena) a rencontré ce mercredi 9 mai 2012 le Collectif des ressortissants du Nord (Coren). Dans son allocution, le président du Parena, Tiébilé Dramé a remercié le Coren pour le travail remarquable qu’il est en train d’abattre pour les régions nord du Mali. « Bravo, nous apprécions ce que vous faites mais le chemin est encore long », a-t-il expliqué. Le président du Parena, au nom de son parti, a remis 1 million de FCFA au collectif.

Il a par ailleurs convié le Coren à la réunion que le Parena organise le 17 mai 2012 pour échanger sur la situation au Nord du Mali afin de trouver des pistes de solution. « Il faut que les maliens soient associés aux négociations. Il y a un conflit de médiateur, on a l’impression que rien ne se passe, il faut que les Maliens s’approprient le leadership dans cette crise. Il est important de se réunir afin de trouver des pistes de solution », a laissé entendre le président du Parena. Le président du Coren, Malick Alhousseyni Maiga, a qualifié cette visite du Parena de fraternel et porteur d’espoir : « Je vous remercie au nom du Coren pour votre contribution, le Parena s’est toujours fait siens des problèmes du Nord. »

Malick Alhousseyni Maiga s’est dit frustré par le manque d’implication de la classe politique dans la gestion de la crise : « Nous avons pour mission d’informer et de sensibiliser, faire en sorte que le Nord soit au cœur des débats, nous subissons beaucoup de pression de la part de la population et des élus du Nord. Leurs préoccupations premières restent la libération des régions du Nord. Et pour l’instant, il n’y a aucun signal fort. On a l’impression que la question du Nord a été reléguée au second plan alors que ce fut la cause de la crise que nous vivons actuellement. Même les partis politiques ne se sont pas suffisamment impliqués pour régler le problème. Nous voulons des actions fortes et dans les plus brefs délais.

Nous allons poursuivre notre mission et nous avons besoin de votre accompagnement. On avait l’impression qu’il y avait deux Mali (le Mali qui est sous occupation et le Mali de ceux qui sont préoccupée par le partage de pouvoir.» Selon le président du Coren, « toute contribution qui concourt à emmener la paix au Nord du Mali est la bienvenue. »

Madiassa Kaba Diakité

Le Républicain du 10 Mai 2012