Partager

Le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République s’est mobilisé trois jours durant, du samedi au lundi, pour faire entendre sa voix : Non au putch militaire et retour à l’ordre constitutionnel et à la démocratie ! Dimanche dernier, à la Maison de la presse, il était question de préparer une stratégie de lutte contre les mutins. La mise en place du bureau d’une alliance a été proposée pour vite déterminer les actions à entreprendre. Sékou Diakité, de l’Adéma a recommandé d’éviter la précipitation et de peaufiner une stratégie.

D’autres hommes politiques ont reconnu cette nécessité en expliquant qu’il fallait dire aux mutins ce qu’ils voulaient. Me Amidou Diabaté avait notamment fait prévaloir une concertée contre des hommes qui avaient déjà commencé a occuper les ondes des médias et qui veulent se prévaloir de la révolution populaire du 26 mars.

Des hommes politiques voulaient toutefois parer au plus pressé pour ne pas laisser le temps aux militaires et au Mp 22 dirigé par Oumar Mariko, de marquer l’esprit des populations par des actions entreprises, au cours de la Journée du 26 mars 2012. C’est dans ce cadre qu’un meeting s’est tenu à la Bourse du travail, lundi matin, rassemblant plusieurs personnalités politiques et des marcheurs provenant du monument des Martyrs, qui avaient convergé à l’Untm. Ce grand rassemblement était programmé pour dissuader la junte au pouvoir et ses alliés.

C’est dans ce cadre que, des interventions ont eu lieu pour expliquer la volonté du Front uni de s’opposer au pouvoir des militaires, de libérer les prisonniers et de retourner rapidement à l’ordre constitutionnel. C’est dans cette ambiance qu’un groupe de jeunes survolté, a décidé de marcher jusqu’à l’Ortm pour demander la libération de la radio et de la télévision nationales.

En réplique, le président du Paréna, Tiéblé Dramé a tenu à calmer la foule. Il a soutenu qu’ils ont commencé un combat pour la restauration de l’ordre constitutionnel, pour que l’action des mutins qui a commencé n’aboutisse pas et que les militaires retournent dans leurs casernes. Ce combat, a-t-il ajouté, demande la mobilisation de toutes les forces vives de la Nation. Il a demandé que les dirigeants soient écoutés et qu’on attende leurs mots d’ordre, car ils n’avaient pas encore établi le plan d’action.

Tiéblé Dramé a ajouté que s’ils devaient aller à l’Ortm, ils le feraient tous ensemble. Entouré de ses gardes du corps, Soumaïla Cissé, le candidat de l’Urd est arrivé à l’Untm. Dans une salle de réunion du premier étage, il a tenu à expliquer qu’il était contre le coup d’Etat militaire et qu’il demandait la libération des prisonniers et le retour à l’ordre constitutionnel. La foule s’est ensuite dispersée. Quelques personnes étaient restées dans l’enceinte de la Bourse du Travail.

C’est en ce moment qu’une bande de jeunes se réclamant de parents des militaires, a fait irruption à l’Untm, menaçants ceux qui s’y trouvaient encore. ‘’ Non aux mauvais politiciens, ce sont nos parents qui sont au combat au Nord, criaient certains d’entre eux. ‘’ Ils avaient aussi promis de s’opposer à toute personne qui s’attaquerait aux militaires. C’est dans ce climat confus que les derniers qui étaient restés dans la cour de la Bourse du travail sont sortis de l’Untm.


Baba Dembélé

28 Mars 2012