Partager

L’Internet est un portail d’accès à de vastes quantités de données, une merveilleuse ressource pour les parents et l’enfant. A ce titre, il est en train de changer la manière dont nous communiquons, recevons des nouvelles et de l’information, acquérons de nouvelles compétences, travaillons et faisons des affaires. Cette technologie transforme aussi le monde de l’éducation et de l’apprentissage en permettant aux enfants de tout âge de communiquer et de collaborer avec d’autres enfants partout dans le monde. Avers et revers de la médaille.

Aujourd’hui, l’Internet est devenu un moyen de socialiser qui nous permet de communiquer à peu de frais avec des millions d’autres à travers le monde, l’apprentissage sur les loisirs et le développement de nouveaux centres d’intérêt. Etant donné que des enfants l’utilisent pour faire un projet, il est naturel qu’il soit utilisé à bon escient pour des activités telles que les devoirs, la messagerie instantanée et le courrier électronique. Toutefois, l’utilisation de l’Internet dans les cyberespaces a des inconvénients pour les enfants.

Le revers de la médaille, c’est que les cyberespaces ne sont pas conseillés pour les enfants. Selon Guida S., psychologue, ce sont des lieux où toutes sortes de personnes se côtoient. « Et les gérants des cybers leur laissent sous prétexte qu’ils viennent surfer au même titre que les autres clients », déplore-t-il. Le gérant du cyber « Le Monde » reconnaît effectivement que dans les cyberespaces, « les enfants peuvent tomber entre les mains de prédateurs dénués de scrupules ». Pour ce gérant, il est impossible de ramener certains adolescents à la raison.

Connu pour être un client inconditionnel des cyberespaces, le petit A. D., âgé de 14 ans, affirme que ce sont ses parents qui lui donnent le prix d’une heure chaque jour. Assis devant l’écran d’un ordinateur il témoigne : « Je viens tchatcher au moins deux fois dans la journée où je parcours les sites de stars de films, où des musiciens ».

Dans de nombreux cyberespace, les promoteurs avouent qu’ils ignorent ce que fait chaque enfant derrière son micro ordinateur. En l’absence de réglementation pour protéger les enfants contre l’utilisation « abusive » de l’Internet, M. Guida affirme qu’il est fondamental de les encadrer lorsqu’ils utilisent les sites.

Pour le psychologue, les conséquences peuvent être incalculables. « Certaines images des sites à caractère pornographique peuvent réellement être traumatisantes pour les enfants. Ils présentent des contenus illicites : pornographie enfantine en particulier ». Ces sites, à l’en croire, incitent les enfants à adopter des comportements dangereux. « On y retrouve aussi des sites qui incitent à la haine raciale ou à la violence ».

L’ordinateur familial comme solution

Même pour les sites « tchatches » sur lesquels certains enfants en ont fait leur habitude. « Il va sans dire que le risque de mauvaise rencontre y est extrême. Les enfants parcourant ces sites peuvent tomber sur certains individus malintentionnés ». C’est pourquoi, M. Guida conseille que les enfants qui ne sont pas surveillés régulièrement lorsqu’ils vont en ligne le soient. « Dans la majorité des cas, les parents ne s’asseyent jamais à côté de leurs enfants lorsqu’ils naviguent sur l’Internet, ils ne vérifient n’ont plus les sites qu’ils ont déjà visités », note-t-il avant de les inviter de ne pas laisser leurs enfants fréquenter les cyberespaces n’importe comment « sauf s’ils sont accompagner ».

La solution idéale, c’est d’installer son ordinateur familial. « L’Internet sera ainsi partagé en famille et les enfants vous y sentiront présents. Laissez vos enfants partager leurs expériences avec vous. Laissez-les vous montrer leurs sites préférés, comment ils naviguent, à quels jeux ils jouent. Envoyez un email à la famille… Faites-le avec vos enfants ! Ils apprendront les bonnes pratiques. Vous pouvez aussi constituer des listes de sites favoris par catégorie ».

L’éducation semble donc la meilleure piste pour que les enfants ne tombent pas sur de mauvaises pistes. « Éduquez les enfants à la prudence sur Internet. Ne jamais donner d’information personnelle (nom, adresse, photos…). Ne jamais répondre à un message choquant, et d’une manière générale, ne jamais répondre aux messages d’un inconnu », conseille-t-il.

Fort heureusement que des associations et organisations de défense des enfants sont en train de prendre le problème à bras le corps. Depuis quelques années, l’Unicef ne ménage aucun effort pour protéger les enfants contre la mauvaise utilisation des Tics. Pour Mariam Diarra, présidente de l’association « Les enfants d’abord », « il va sans dire que les organisations se donnent la main pour que Internet qui est source d’instruction, d’éducation ne soit pas celle de la débauche pour les enfants ».

Amadou Sidibé

14 Mai 2009