Partager

Sur les 25 listes de candidature en lice pour les communales à Kalaban-coro, 18 demandent l’annulation pure et simple des résultats du scrutin. Pour atteindre leur objectif, ces listes de partis politiques et d’indépendants sont regroupées au sein d’un collectif. Comme raisons invoquées, l’utilisation abusive des procurations vierges, la présence des bulletins de vote parallèles, la différence entre les suffrages exprimés et ceux proclamés par le préfet de Kati, la désignation de certains candidats comme président de bureaux de vote…

L’information était au centre d’une conférence de presse tenue le samedi dernier au siège de la sous-section URD de Kalabancoro. Les principaux orateurs de la rencontre étaient Daouda Sow de la FCD, Marcelin Guenguere de l’URD, Alima Sangaré de SADI, Mamadou Coulibaly de l’US-RDA et Tenemakan Keïta de l’ANC.

L’objectif de la conférence de presse était informer l’opinion nationale et internationale sur les irrégularités graves survenues lors des élections du 26 avril 2009 à Kalabancoro. En effet, lors d’une réunion tenue au siège de l’ANC, les 18 partis politiques et indépendants ont dénoncé, au lendemain du scrutin, le tripatouillage des résultats.

Sont membres du collectif : ANC, US-RDA, SADI, CNU, FCD, PER, URD, PIDS, CODEM, MPLUS RAMATA, UDD, UMP, PARENA, SIGUYIDA YIRIWA TON, Kalabancoro NYETA, Bollé Meguetan, RENOVATEUR, Bollé Mali DEMETON.


Les irrégularités graves

Le collectif constate des irrégularités très graves qui, selon ses membres, peuvent “compromettre notre démocratie et mettre en doute la fiabilité et la transparence du scrutin du 26 avril à Kalabancoro”.

Selon les conférenciers, ces manquements à la légalité ont pour nom la délivrance abusive de procurations vierges à certains partis politiques, le vote par des procurations avec des cachets différents, le vote par des procurations avec des signatures différentes, la délivrance de procurations vierges cachetées et signées par l’Administration, le vote par des centaines de procurations scannées et acceptées par des présidents de bureaux de vote.

S’agissant des résultats, le collectif constate avec regret une grande différence entre les résultats. Pour la commission de centralisation, les suffrages exprimés s’élèvent à 11 547 suffrages exprimés, mais le préfet de Kati parlent de 12 117 suffrages exprimés.

Ils ont constaté également la présence de bulletins parallèles avec deux types d’encre dans les bureaux de Gouana, notamment les bureaux 65, 66, 67, 68. Aux dires des conférenciers, la plupart des procurations utilisées pour voter n’étaient pas signées par les mandants.

Pour corroborer leurs propos, ils ont cité le cas d’une procuration sans numéro utilisée dans le bureau de vote 057 avec la carte d’électeur N°63 76 34 92 appartenant à Madenkoura Sidibé. Aussi le collectif a soutenu que le président du bureau N°048 de Koulouba, M. Békaye Dicko était candidat sur la liste RPM.

Face à toutes ces irrégularités, le collectif demande l’annulation des résultats de l’élection du 26 avril 2009 à Kalabancoro à cause des fraudes massives des partis politiques ci-après : le RPM, le CNID, l’ADEMA, le BDIA, le MPR, le PDM et le REDD dans les bureaux 40 et 48 de Koulouba, 55 de Kouloubléni, 85, 86, 87, 88 de Kabala, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84 de Sirakoro Meguetan, 6 et 18 du groupe scolaire, 57 de l’ADE KENE, 30 et 31 de Mademba Sy, 65, 66, 67, 68 de Gouana.

Pour rectifier le tir, les 18 formations politiques et indépendantes ont déjà introduit une requête au niveau du tribunal administratif pour l’invalidation des résultats. Pour les conférenciers, “le scrutin communal du 26 avril dans la commune rurale de Kalabancoro a été l’expression de fraude organisée”. Ils estiment qu’environ 75% des votes se sont déroulés sur la base des procurations nuitamment acquises.

Autres irrégularités, le collectif évoque le manque de signature des résultats du vote de certains bureau de vote.

Mamoutou DIALLO

11 Mai 2009