Partager

Absente des sautoirs entre août 2005 et avril 2008, la Camerounaise a tenu sa promesse, celle de « défendre valablement ses chances » à Pékin après son titre olympique à Athènes et la naissance de son garçon.

Peu d’observateurs y croyaient. Elle l’a fait, à 32 ans, malgré quatre années en pointillés. Une performance extraordinaire pour une championne d’exception, la plus grande de l’histoire du Cameroun.

RFI