Partager


Le week-end dernier, la ministre française déléguée à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, Mme Brigitte Girardin était à Bamako.

Le président de la République Amadou Toumani Touré a reçu en audience Mme Girardin. Puis, une rencontre entre Mme Girardin et son homologue malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Moctar Ouane a eu lieu dans la salle de conférence dudit département. Etait également présent, le ministre de l’Économie et des Finances, Abou-Bakar Traoré.

Durant cette rencontre, deux conventions d’un montant de plus de 15 milliards de Fcfa, ont été signées entre la France et notre pays.

La première convention est une aide budgétaire globale pluriannuelle de 14,4 milliards de Fcfa.

Quant à la seconde convention, elle est un appui exceptionnel de près d’un milliard de Fcfa.

Appuyer le développement des régions du Nord reste le principal objectif de ce financement.

L’Accord d’Alger signé entre le gouvernement et les insurgés de Kidal avait été soutenu par la France qui a salué l’esprit de paix et de dialogue qui avait prévalu dans la résolution de cette crise.

Ainsi, avec la seconde convention, Paris apporte le témoignage concret de sa disponibilité à accompagner notre pays dans l’exécution de l’Accord d’Alger.
Selon le calendrier de mise en oeuvre des dispositions du chapitre 2 de l’Accord portant sur le développement économique, social et culturel des régions du Nord, cette aide sera affectée progressivement.

Cependant, Paris ne va pas se limiter à un simple appui financier pour maintenir un climat de paix et de sécurité dans cette partie du pays, mais également la France va apporter un soutien militaire en contribuant au renforcement des unités méharistes de la garde nationale et des unités de gendarmerie. Appareils légers pour l’observation aérienne, seront également fournis par Paris

Pour la ministre française délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, ces deux conventions représentent une avancée significative dans le fonctionnement de l’aide française au développement en faveur de notre pays.

Par ces financements, la France rend hommage à la bonne gouvernance au Mali, a estimé la Mme Girardin.

Les deux conventions, selon le ministre Ouane, tout en répondant à un besoin budgétaire, vont permettre à notre pays de faire face à ses engagements.

18 décembre 2006.