Partager

une-54.jpg
Depuis la période coloniale, la ville de Gao a attiré l’attention de nombreux administrateurs comme Raymond Mauny. Des stèles épigraphiées en caractères arabes, trouvées sur le site du Tombeau des Askia auraient même été emportées par des voyageurs français au début du siècle dernier. Un peu plus loin de là de nombreux tessons ont fini par convaincre les archéologues maliens sur l’existence d’un site d’importance. Situé pratiquement en plein milieu de la ville, le site d’une maison construite par Kankou Moussa en 1324 de retour de son pèlerinage, fut identifié. Suite à de nombreux recoupements de documents. Des fouilles effectuées en 1993 par T. Insoll de l’Université de Cambridge sur le même site ont révélé la présence de structures de briques cuites associées à de nombreux objets exotiques importés, de nombreuses perles (en verre, en coralline ou en terre cuite), céramiques émaillées, objets en cuivre et attestant de la richesse de Gao, de son rôle de métropole du commerce transsaharien.
En 2003-2004, une campagne de fouilles menée par la Direction nationale du patrimoine culturelle, l’Institut des sciences humaines et le Musée national d’ethnologie d’Osaka (Japon) sur le même site a révélé une série de murs colossaux construits en divers matériaux.
Les résultats obtenus par suite de l’analyse de la culture matérielle des différents horizons des deux sondages et les dates obtenues lors de l’analyse à partir du Radiocarbone nous permettent de faire des interprétations suivantes de bas en haut sur les horizons stratigraphiques des deux sondages, explique Mamadou Cissé, actuellement thésard à Rice University des USA.

L’évolution du matériel se caractérise avant tout par son homogénéité, indique-t-il. Des mêmes types de céramique et de décors se définissent du début jusqu’à la fin de la phase d’occupation. Le dynamisme urbain attesté par une diversité du matériel, qu’il soit de production locale (les formes de céramique et des perles en terre cuite, en os et en verre monochrome), ou d’importation (apparition des perles en verre polychromes, des fragments de récipients en verre).

Centre de prédilection du commerce. Les datations radiocarbones que nous avons obtenues, montrent que le site a été occupé du VIIè au XIè siècle. Gao était un grand centre urbain, point névralgique entre l’Afrique de l’ouest et le bassin méditerranéen. Cette position géographique se reflète vivement dans l’architecture ou on note une influence étrangère dans les modes de construction et les matériaux utilisés (présence de briques rectangulaires en terre crue ou cuite avec une dimension de 40cm x 20cm). L’aliment de base de ses habitants était le riz africain (oryza glaberrima) attesté par la présence d’une quantité considérable de grain de riz dans le Feature 5 associé au niveau 10 du sondage. Gao Sanèye était une ville commerciale et artisanale où on notait la coexistence de différentes cultures pour la production, la transformation et la commercialisation du fer, du cuivre d’une part et des perles de différentes sortes (os, terre cuite et verre). L’artisanat était très développé dans la cité de Gao Sanèye. Les artisans travaillaient beaucoup avec le fer et le cuivre et fabriquaient des objets divers (lame de houes ou haches, clous, pointes, etc.) Les éléments de parure comme les perles de toutes natures et de toutes les couleurs sont fabriquées sur place ou importés du Maghreb ou même d’Europe.

Bien qu’on n’ait pas trouvé d’or au cours de la fouille, la présence des creusets dans le sondage GS1 prouve que l’or était façonné par les artisans de la zone. Ces creusets pouvaient servir aussi à la fabrication de perles en verre et des objets en cuivre. Gao Sanèye à l’époque était un centre de prédilection du commerce transsaharien. Ibn Sa’id’s a dressé une carte de la circulation des réservoirs de l’or vers la fin du premier millénaire. L’or était transporté des réservoirs de mine du Bourré et du Bamkouk situés entre la Falémé au nord sur le Sénégal et le Bagoe à l’est et Tinkisso au sud sur le fleuve Niger, à la Méditerranée en passant par Gao. Vers la fin du premier millénaire, la route principale partait de Taher à Gao en passant par Wargla et Tadmekka (Adrar des Iforas). A cette époque, on peut dire que Gao Sanèye est la Sarna d’Al-Mouhallabi (996) et la résidence du Kanda signalée par El-Bekri (1068).

Pour une meilleure compréhension du site, il serait important d’approfondir les recherches sur le site et ses alentours afin de voir les relations réelles existantes entre la butte et le cimetière royal. Ce nécropole, situé à environ 500 m au nord-est de la butte, présente des stèles royales qui datent du XIIè siècle. Selon la tradition orale, la ville fut la résidence royale pendant tout le XIIè siècle, comme le prouve la découverte de la nécropole, et le reste probablement (sans qu’on puisse l’affirmer) jusqu’à la soumission du Songhaï au Mali.

Y. DOUMBIA

Essor du 28 juillet 2008