Partager

Face à la dégradation continue de ses ressources naturelles et de l’environnement, le Mali, pays sahélien, a pris la pleine mesure du danger qui le guette. C’est pourquoi, aussi bien au niveau des structures de l’Etat que des Ongs, des initiatives sont prises pour minimiser les risques. S’inscrit dans cette logique l’action de l’Ong Mali Folkcenter de créer un espace national d’échange, de dialogue du donner et du recevoir. Il s’agit d’un forum national sur l’environnement, le premier du genre, dont le thème est « gestion des ressources naturelles et transfert des compétences ».

Ce forum qui se tient au Palais de la Culture du 30 novembre au 1er décembre est soutenu par le ministère de l’Environnement et de l’Assainissement à travers le Secrétariat technique permanent du cadre institutionnel de gestion des questions environnementales (Stp/Cigqe) et financé par la fondation Siemenpuu de la Finlande.

Selon le ministre Nancouma Kéïta, l’état de dégradation de l’environnement au Mali est le résultat d’un ensemble de facteurs complexes dont les principaux sont d’ordre climatique (sécheresse, diminution et irrégularité de la pluviométrie qui ont contribué à fragiliser les écosystèmes) et anthropique (forte pression démographique, système de production extensifs et inadaptés, défrichements abusifs, feux de brousse, besoins énergétiques des villes).

« Ce forum a souci d’inviter et d’impliquer tous les citoyens dans les prises de mesures en faveur de la bonne tenue de l’environnement au Mali dans tous ses aspects« , a déclaré le ministre Nancouma Kéïta.

Le directeur de Mali Folkcenter, M. Togola, a décliné les actions retenues pour le forum environnemental qui vont des conférences et ateliers débats, aux animations radiophoniques, concours mettant en compétition les meilleures initiatives dans le cadre de la protection de l’environnement, les animations culturelles et l’installation des stands de démonstration.

Le but du forum environnemental est de créer un espace qui favorisera l’échange entre les différents acteurs intervenant dans le secteur de la protection de l’environnement et les populations locales vivant dans ces milieux dans un objectif de développement local durable.

Les groupes cibles sont les populations, les établissements scolaires, les partenaires au développement (Ong, associations, organismes de développement internationaux), les entreprises privées, les élus locaux, les couches socioprofessionnelles, les ministères et les services techniques.

La représentante de la fondation Siemenpuu de la Finlande s’est dite heureuse d’avoir l’occasion de s’imprégner de la réalité de la gestion environnementale au Mali, les ressources naturelles aussi bien au niveau de la faune que de la flore ainsi que les changements climatiques.

Boukary Daou

1er décembre 2006.