Partager

Un conflit sans précédent avait éclaté en janvier dernier entre bergers et populations de Yanfolila (Wassoulou) suite à l’assassinat d’un agriculteur à Tabako dans la Commune de Yorobougoula. Le forum de Yanfolila sur la transhumance qui a réuni, du 22 au 23 juillet, les populations de Wassoulou, des éleveurs et des autorités autour d’une table, a accouché d’un espoir de la paix.

Le forum sur la transhumance dans le cercle de Yanfolila s’est tenu du jeudi 22 au vendredi 23 juillet 2010 dans la salle de conférence de la mairie de Yanfolila.

La cérémonie d’ouverture du forum a été présidée par le général Kafougouna Koné, ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales. Il avait à ses côtés les ministres de l’Elevage et de la Pêche, de la Justice, du Logement, des Affaires foncières et de l’Urbanisme, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, le gouverneur de la région de Sikasso, le président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam) et des autorités communales de Yanfolila.

Etaient également présents les représentants des différentes communes de Yanfolila, des partenaires techniques et financiers, le représentant du patriarche du Wassoulou, le directeur du service social des armées.

Cinq communications ont été présentées et discutées. Il s’agit de l’histoire de la transhumance dans le cercle de Yanfolila ; la protection de l’environnement et transhumance dans les régions du Mali ; l’accès au pâturage et à l’eau dans le cercle de Yanfolila, la charte pastorale au Mali : état de mise en œuvre et perspective d’application ; le règlement des conflits par la conciliation : cas des communes ayant adopté des conventions locales.

A travers ces thèmes, les participants ont appréhendé les textes législatifs et réglementaires qui régissent la transhumance au Mali.
Le forum a proposé des recommandations pour une meilleure organisation de la transhumance dans le cercle de Yanfolila.

Le forum a recommandé l’intégration dans les plans de développement social, économique, et culturel (PDSEC) les activités de gestion des ressources naturelles, le renforcement des capacités des collectivités dans la gestion des ressources naturelles, la mise en place d’un programme de sensibilisation et d’éducation en vue d’un changement de comportement des bergers, la lecture et la diffusion dans les langues nationales la charte pastorale et ses textes d’applications. Il a invité les communautés à élaborer les conventions pour prévenir les conflits et les gérer au cas échéant.

Pour Boubacar Baba Diarra, président de la commission de crise, le résultat obtenu au bout de deux jours de travaux permet de régler l’épineux problème de coexistence entre deux franges de la même population. Il a promis que le gouvernement sera tenu informé des recommandations et résolutions du forum.

Pérenniser la paix

Le représentant du patriarche a fait savoir qu’ils vont rendre compte des recommandations au patriarche.

La dernière grande sécheresse qu’a connue notre pays a été la plus dramatique. Elle a provoqué l’appauvrissement des pâturages et la désertification d’une grande partie du territoire national. Ainsi, le cercle de Yanfolila, qui regorge de ressources pastorales énormes, attire les éleveurs des régions de Koulikoro, Sikasso, Mopti…

Le cercle de Yanfolila, connu sous le nom « Wassoulou », rime bien avec la transhumance qui ne cesse de créer de problèmes aux Wassouloukès. Ces problèmes sont liés au non-respect des pistes pastorales existantes qui se solde par un envahissement du terroir par le cheptel, la destruction des champs de culture ; la coupe, l’émondage, l’étêtage, l’écimage des espèces ligneuses protégées.

Les multiples conflits engendrés chaque année entre éleveurs et agriculteurs et en particulier la crise éclatée en janvier 2010 entre les bergers et les populations de Yanfolila suite à l’assassinat d’un producteur par des bergers, ont poussé le gouvernement à prendre le problème de la transhumance à bras-le-corps. D’où l’organisation de ce forum dont les phases préparatoires ont duré 7 mois.

Si les résultats du forum laissent un espoir de retour de la paix au Wassoulou, il faut dire que malgré les excuses présentées par le représentant des éleveurs à la cérémonie d’ouverture, le forum a eu toutes les peines à amener les agriculteurs à enterrer la hache de guerre. Pour que ses efforts ne soient pas vains, l’Etat devra prendre des dispositions nécessaires pour la mise en œuvre de ses recommandations du forum.

Sidiki Doumbia

(envoyé spécial)

…………….

Ils ont dit…

Yaya Sangaré (député élu à Yanfolila) :

 » Les objectifs du forum sont atteints. Le premier était de rétablir une certaine fidélité. Le second était de mettre les acteurs et les populations au même niveau d’information sur les textes. Le 3e objectif était de faire en sorte que la paix revienne au Wassoulou. Le forum nous a permis de comprendre que le gouvernement est à l’écoute du peuple. Il s’agit maintenant de faire en sorte que les éleveurs puissent cohabiter. Le gouvernement doit former les maires. Il doit appuyer l’élaboration des conventions locales et leur mise en œuvre. L’espoir de la paix est là. Mais cette paix ne peut être durable que si les engagements pris sont mis en œuvre par l’État ».

Issa Sangaré (le maire de Yanfolila) :

 » Les populations de Wassoulou ne chassent pas les bergers, mais elles sont contre les malfaiteurs. La transhumance n’était pas réglementée, c’est ce qui a abouti à ce conflit. Le forum nous a permis de nous familiariser avec les textes ».

Babary Togola (président de l’Apcam) :

 » Je peux dire que la crise s’est éteinte. Les éleveurs ont présenté leurs excuses et les producteurs les ont acceptées. C’était un problème de compréhension. Outre le retour de la paix, le résultat du forum permettra de mieux organiser la transhumance dans le cercle de Yanfolila ».

Colonel Mamadou S. Touré (président de l’Amicale pour le développement intégré de Bougouni, Yanfolila, Kolondiéba et la Commune rurale de Massigui) :

 » Le résultat du forum nous a permis d’apporter la paix chez nous. Les gens ne connaissaient pas les textes. Le forum a comblé ce vide ».

S. D.

26 Juillet 2010.