Partager

L’insécurité et le manque d’emploi pour les jeunes dans un pays est une injustice sociale à corriger. D’où l’engagement de l’UJMMA avec l’appui des autorités à développer de nouveaux créneaux porteurs pour l’atteinte de l’objectif de 200 000 emplois jeunes à l’horizon 2018.

Les acteurs de la société civile sous la conduite de l’Union des jeunes musulmans du Mali (UJMMA) en collaboration avec la direction générale de l’Apej et de la direction nationale de la jeunesse se sont proposé d’organiser un Forum national de réflexion sur les voies et moyens en vue de la promotion de l’emploi des jeunes au Mali. Le forum s’est tenu les 23 et 24 juillet 2016 au Palais des sports sous la co-présidence des ministres de l’Emploi et de la Jeunesse.

La jeunesse malienne représente plus 65 % de la population et une majorité de ces jeunes sont confrontés au problème du chômage. Pour accélérer le rythme du processus de sortie de cette crise, le président de la commission d’organisation Mohamed Macky Bâ a estimé nécessaire pour les jeunes d’organiser un forum de réflexion. Celui-ci a vu la participation de 200 jeunes, des femmes, des leaders religieux, des autorités, des notables et griots. Pour pouvoir contribuer à l’atteinte de l’objectif de 200 000 emplois à l’horizon 2018.

Selon ces organisateurs, le forum a pour objectif de mobiliser les jeunes autour de la problématique de l’emploi, identifier les secteurs et les acteurs pouvant améliorer le financement de l’emploi, sensibiliser les différents acteurs afin qu’ils contribuent à l’atteinte de l’objectif du forum et proposer des résolutions qui seront remises au plus aux hautes autorités du pays.
M. Bâ a affirmé que ce forum a impliqué tous les jeunes du Mali de Kayes à Kidal. Il a expliqué aussi que l’emploi ne se limite pas seulement aux diplômés, mais aussi des jeunes sans diplômes qui n’ont pas eu la chance d’étudier de les intégrer à travers des formations en métier. Il a estimé que l’insécurité et le manque d’emploi pour les jeunes dans un pays est une injustice sociale à corriger.

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mahamane Baby, a trouvé l’initiative novatrice et promis tout son appuis à la jeunesse malienne.
Mariam Camara