Partager


Le forum national sur l’éducation a débuté hier au Centre International de Conférences de Bamako pour quatre jours et sera animé dans une atmosphère de franc-parlé entre les acteurs et partenaires de l’école malienne, car c’est l’avenir de la nation qui est en jeu. La cérémonie d’ouverture était placée sous la haute présidence de Son Excellence Amadou Toumani Touré, président de la République, chef de l’Etat.

Elle a enregistré la présence de plusieurs membres du gouvernement, des présidents des Institutions, des Doyens du corps diplomatique, des Ambassadeurs, des pionniers de notre éducation. Avant l’intervention du chef de l’Etat, le maire de la Commune III Abdel Kader Sidibé et le président du comité préparatoire du forum national sur l’éducation ont présenté les mots de bienvenue à ces assises.

Le maire de la commune III

Tout d’abord, il faut rappeler que ce forum tant attendu par le public malien vise l’élaboration d’un nouveau contrat social pour l’éducation malienne, d’où un sursaut national pour la juste cause de notre école qui est le bien le plus précieux d’une nation. Il faut une prise de conscience, un engagement patriotique de chaque Malien et Malienne.

D’une façon générale, l’école doit faire face à sa responsabilité.
En s’adressant à l’auguste assemblée, le maire de la Commune III a souhaité que le forum se déroule bien dans l’intérêt de tous les Maliens. En tant que parent d’élève, il a surtout insisté sur l’éducation familiale, une des conditions clés de la réussite de ce forum.


Le président du comite

Quant à lui, il a souligné que le forum national est le fruit de plusieurs séances d’écoutes, d’ateliers thématiques et des concertations régionales. Tout s’est bien passé, a-t-il précisé et cela grâce à l’engagement de tout un chacun en particulier les doyens de l’école malienne qui ont su contribuer activement et de façon spontanée.

En tout cas, il y a eu 20 ateliers avec la participation de plus de 1 700 personnes et des concertations régionales de trois jours avec 4 500 personnes.

Au cours de ce forum, tous les problèmes de l’école seront débattus sans tabou dans le respect de la démocratie et du respect de l’autre.

Une prise de conscience

Selon le président de la République, nous avons tous conscience que c’est une partie importante de l’avenir du Mali qui s’écrit ici et maintenant, sur les bords du Djoliba, ce fleuve nourricier de nos espoirs et espérances qui traverse une large partie de notre histoire.

Je suis persuadé, à la lumière des conclusions des rapports des concertations régionales, des écoutes et contributions individuelles ou collectives, que l’espoir est permis et que notre communauté éducative peut gagner ce pari. Le pari de promouvoir les convictions qui sont les nôtres et qui me fondent à demeurer optimiste”, a dit le président de la République.

Aujourd’hui, nous nous devons tous ensemble, d’approfondir le diagnostic, sans complaisance aucune, de notre système éducatif, appréhender les causes profondes de la crise qu’elle traverse, dégager une vision partagée de la mission de notre école face à l’avenir”.

En effet, qu’il s’agisse de la réforme de 1962, du séminaire national sur l’éducation de 1978, des Etats généraux de 1989, ou du débat national de 1991, ces différentes concertations périodiques, autour de l’école ont permis d’impulser des orientations et réformes importantes.


Les efforts du gouvernement

Depuis plusieurs années, le gouvernement, avec l’appui des partenaires au développement, a œuvré à la réalisation d’infrastructures scolaires et universitaires, à la formation et au recrutement des enseignants. Ces efforts ont permis d’améliorer significativement les indicateurs de l’école avec une augmentation du taux brut qui se situe aujourd’hui à plus 80%, devant nous permettre d’avoir un système éducatif performant.

C’est-à-dire un système éducatif performant, c’est d’abord le respect des valeurs de base de l’école : Ethique, Déontologie, Discipline, Travail, mérite, Réussite et Responsabilité et surtout promoteur d’économie compétitive. C’est le lieu où lui sont inculquées les valeurs qui en feront un citoyen conscient et responsable, pétri de l’amour de son pays et prêt à apporter toute sa contribution à son développement.

Des valeurs qui fondent l’école de la république

Chaque ressource dépensée, selon ATT, doit être soutenue par une activité débouchant sur des résultats concrets, c’est-à-dire plus de jeunes Maliens sont instruits, plus ils sont qualifiés, plus ils ont un emploi, et les valeurs de la République sont respectées.

D’où notre engagement d’accroître les ressources destinées à l’éducation qui représenteront 33,17% dans le projet de budget 2009 récemment adopté par le conseil des ministre contre 30,98% dans le budget 2008 rectifié. Mon objectif est de porter ce ratio à 35% à l’horizon 2012.


Le devoir de générations

L’édification d’une Nation s’inscrit dans le temps, a déclaré le chef de l’Etat. Elle n’est jamais totalement achevée et ne saurait être l’oeuvre d’un seul régime et encore moins d’une seule personne. Chaque génération occupe un instant de ce temps et accomplit, sa part de la mission de construction nationale. C’est ce sentiment de devoir de générations qui doit nous animer à ces instants qui marquent l’ouverture de notre forum national sur l’éducation.

Voilà les vrais défis, autour desquels il urge que se dégage et se fortifie un pacte national, si nous voulons demain maîtriser pleinement notre destin de nation souveraine. Je voudrais vous convier à un débat ouvert, franc, républicain, démocratique et constructif sur notre école, afin de créer les conditions, lui permettant de relever le défi de la compétition, de l’intégration régionale et des exigences du monde moderne.

Me fondant sur la qualité des femmes et des hommes présents à ce forum, sur leur attachement à la République, je nourris légitimement l’espoir que les conclusions et recommandations pertinentes de vos travaux, serviront de base pour un nouveau départ pour l’école malienne”. C’est après ces mots que le président ATT a déclaré ouvertes les assises du forum sur l’éducation.


Hady BARRY

31 Octobre 2008