Partager


L’Appel à l’action de Bamako en 23 points a sanctionné les travaux des assises mondiales sur la recherche pour la santé, mercredi en fin d’après-midi au CICB.

C’est Cuba qui accueillira, du 16 au 20 novembre 2009, la prochaine conférence mondiale sur la recherche pour la santé. Ainsi en a décidé le Forum de Bamako sur lequel les lampions se sont éteints mercredi après-midi au Centre international de conférences de Bamako.

La déclaration consensuelle dite « l’Appel à l’action de Bamako » en 23 points qui en est ressortie est le résultat de 3 jours de travaux et de débats fructueux entre 75 délégations et près de 1000 participants au Forum. Celui-ci a enregistré 34 sessions et une forte participation. Le tout visant à faire avancer la vision commune des sommités dans le monde scientifique autour de la recherche pour la santé, le développement et l’équité.

En souscrivant à « l’Appel à l’action de Bamako », les assises reconnaissent la nécessité de continuer à soutenir et à bâtir sur les progrès réalisés depuis le sommet ministériel de Mexico sur la recherche en santé en 2004. Ils conviennent également qu’une plus grande équité dans la recherche pour la santé est nécessaire.

Seule une faible proportion des dépenses mondiales pour la recherche est consacrée aux défis en santé affectant de manière disproportionnée les pauvres, les marginalisés et les désavantagés, etc.

Il reste donc entendu que chaque partie prenante doit s’approprier la déclaration consensuelle en vue des actions diligentes, cordiales et efficaces. A ce niveau le ministre de la Santé, Oumar Ibrahim Touré, qui était face à la presse en compagnie des partenaires a donné des apaisements. Il a promis que le Mali ne décevra pas dans la mise en œuvre des recommandations et résolutions du Forum ministériel.

« Le Mali va jouer sa partition dans la mesure où nous disposons dans le domaine de la recherche de centres de recherche et d’instituts de recherche qui ont été salués par la communauté scientifique internationale » , a-t-il souligné.

C’est dire qu’en termes d’application des recommandations de l’évènement mondial, notre pays ne sera pas à la traîne. Le même engagement a été pris par le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en ces termes : « Le suivi aura lieu dans quelques mois par l’OMS ».

Avec « l’Appel à l’action de Bamako », c’est un nouveau départ qui vient d’être enclenché en faveur de la promotion de la recherche pour la santé non seulement dans les pays africains mais dans le monde.


Mohamed Daou

21 Novembre 2008