Partager

En prélude au Forum ministériel mondial sur la recherche pour la santé que notre pays abrite du lundi 17 au mercredi 19 Novembre 2008, les organisateurs de cette grande rencontre ont initié une journée d’information à l’intention des journalistes de la presse écrite et audiovisuelle du District de Bamako et des huit régions du Mali.

Aussi, 20 journalistes de la sous-région et d’Europe ont participé à cette rencontre tenue au Centre International de Conférence de Bamako ce dimanche 16 Novembre 2008 et présidée par le Secrétaire Général du ministère de la Santé, M. Lasseni Konaté, en présence des partenaires techniques et financiers.

Organisée conjointement par le gouvernement du Mali, la Banque Mondiale, le Conseil de la Recherche en Santé pour le Développement (COHRED), Global Forum for Health Research, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), cette rencontre avec la presse malienne avait pour objectif de mettre au même niveau d’information les hommes de médias sur la tenue de ce grand événement mondial qui est une première en Afrique, et de renforcer la recherche pour la santé, le développement et l’équité.

Pour le Secrétaire Général du département malien de la Santé, cette rencontre avec la presse était l’occasion de souligner que l’évènement ministériel Mondial de Bamako sur la recherche pour la santé offre la possibilité d’évaluer les réalisations en matière de recherche en santé, de faire le point de la situation et de définir les mesures à prendre pour relever les défis futurs.

Aussi, M. J. Michael Devlin du Conseil de la Recherche en Santé pour le Développement (COHRED) a noté que sa structure encourage les pays à optimiser leur potentiels dans la recherche pour la santé. Selon lui, les pays, régions et populations les plus pauvres sont la priorité du COHRED qui les soutient dans la construction et le renforcement des systèmes nationaux de recherche en santé, créant ainsi les bonnes conditions pour engendrer une recherche pour la santé qui soit de haut niveau et adoptée aux priorités nationales.

M. J. Michel Devlin a également souligné, s’agissant de cette rencontre de Bamako, qu’en tant que co-organisateur, sa structure encourage un meilleur développement. Quant au Pr Ogobara Doumbo, son intervention a porté sur une question : pourquoi ce forum en Afrique, et particulièrement au Mali?

A ses dires, depuis 1990, il a été mondialement reconnu qu’une bien trop faible part de la recherche en santé concerne les maladies dans les pays en voie de développement. Et cette première rencontre en Afrique a pour but d’échanger avec les partenaires nationaux et mondiaux et promouvoir la recherche pour améliorer la santé des populations.

Le Pr Dombo a par ailleurs fait allusion à trois grandes maladies qui touchent le Mali, à savoir le paludisme, la tuberculose et le VIH-Sida. Comme exemple, il a cité le paludisme qui provoque un million de déccès d’enfants et de femmes enceintes en Afrique, et qui fait trois “tsunamis“ chaque année. A son avis, il faut une saine solidarité par rapport à la prise en charge de cette maladie.

Mais on ne peut faire face à ces maux sans la formation et le développement de la recherche. D’où ce forum. Toujours selon le Pr Doumbo, le Mali fait partie des pays émergeant en matière de recherche en santé. C’est pourquoi il développe la recherche sur le paludisme, dira-t-il.

En ce qui concerne le démarrage du forum, le Pr Doumbo a souligné que durant cette rencontre sur la recherche en santé, des sessions seront initiées sur l’impact des épidémies et le rechauffement climatique. Des orientations seront également faites concernant la recherche pour le développement sanitaire, la sécurité sanitaire et les systèmes de santé. Et l’accent sera mis sur les besoins de l’Afrique, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les efforts déployés par le Mali, le Pr Doumbo dira que l’Etat du Mali a beaucoup fait. C’est pourquoi le Mali a eu la chance d’avoir le partenariat de 50 chercheurs, dira-t-il, avant de conclure : “La recherche ne peut vivre dans un pays que si les résultats sont utilisés. Et nous voulons des résultats concrets faits par le Mali”.

Signalons que 20 journalistes de la sous-région et d’Europe -dont deux de la Suisse- ont pris part à cette rencontre, dans le cadre de Media 21 dont l’objectif est de permettre aux journalistes d’accéder à la réalisation des sujets de ce forum. La journée du dimanche, consacrée à la presse malienne et internationale, a été clôturée par une conférence de presse.


Mariétou KONATE

17 Novembre 2008