Partager


Le contre sommet africain du G8 ou forum des peuples tiendra cette année à Koulikoro sa 7è édition avec pour thème principal « L’Afrique face à la mondialisation et les pratiques néolibérales ».
Organisé par la Coalition des alternatives africaines des dettes et développement (CAD-Mali), le forum regroupe chaque année les peuples d’Afrique et d’autres continents pour échanger sur leurs problèmes et les solutions idoines pouvant sortir l’Afrique du sous développement.

Pour les organisateurs de ce forum, personne ne peut discuter des problèmes de l’Afrique et même du monde mieux que les peuples eux mêmes.

Les différents sommets du G8 seraient une farce à leurs yeux. C’est pourquoi, depuis sept ans, la CAD-Mali organise des contre sommets du G8 en dénonçant les pratiques néolibérales de ces puissances occidentales qui imposent leur diktat aux pays pauvres.

Puisque le prochain sommet du G8 se tiendra du 7 au 9 juillet 2008 à Hokkaido, au Japon, pour discuter de l’économie mondiale et des problèmes environnementaux, la Coalition a, elle aussi, décidé d’organiser le contre sommet dans la même période, c’est-à-dire du 6 au 9 juillet à Katibougou, dans la commune rurale de Koulikoro.

Pour informer l’opinion nationale et internationale des enjeux de la 7ème édition du forum des peuples, la Coalition malienne des alternatives africaines a organisé, le mardi dernier, une conférence de presse de lancement du contre sommet.

La présidente de CAD-Mali, Aminata Barry a évoqué plusieurs raisons qui expliquent la tenue du contre sommet africain du G8. Pour elle, la décision des dirigeants du G8 de se pencher sur les problèmes environnementaux, est une tromperie.

« Quand on sait que c’est le G8 qui détruit les ressources naturelles du monde, et qui émet plus de 40 % du dioxyde de carbone à l’échelle mondiale, provoquant ainsi les changements climatiques… », a indiqué Madame Barry, qui précise que ces dirigeants du G8 sont tous « au service des multinationales, en complicité avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ».

Ces deux institutions internationales, précise-t-elle, continuent à prendre des mesures anti-démocratiques pour accentuer la pauvreté des populations dans les pays qui souffrent déjà des impacts négatifs des privatisations, de la concurrence déloyale des produits, de la suppression des subventions aux produits de base, et de la dégradation de leurs conditions de vie.

Aminata Barry s’insurge contre les milliards de dollars injectés dans l’armement au détriment des populations vulnérables. « On dépense environ 1 200 milliards de dollars US pour des dépenses d’armement en laissant mourir 862 millions de personnes dans le monde alors que 30 milliards de dollars par an pourraient suffir pour relancer l’agriculture et éradiquer définitivement la faim. Quel scandale ? », s’écrie la présidente de CAD-Mali.

Le forum des peuples a été initié pour dénoncer ces pratiques néolibérales. Et depuis sept ans, il fait son chemin. Il a permis, selon Mme Barry, d’augmenter l’engagement des organisations à la base, la stimulation de se regrouper en associations et de renforcer le travail en réseau des organisations.

Il a aussi apporté le changement de comportement et de mentalité, et le renforcement du mouvement social au niveau national, sous régional, africain et mondial. Convaincus que ce forum est devenu un espoir pour les communautés à la base, les organisateurs ont prévu au menu de la 7ème édition une douzaine de thèmes qui vont des mouvements sociaux à la migration et au développement en passant par les espaces paysan, des femmes et des jeunes ; le financement du développement, les conflits fonciers, etc.

Le forum des peuples a pour but de contribuer à la lutte contre les principes et pratiques néolibérales sur toutes leurs formes, tout en focalisant le débat sur les questions de préoccupations nationales et internationales.

I. Maïga

26 Juin 2008