Partager

La Maison des aînés a servi de cadre au lancement du “projet d’Appui au dialogue entre la société civile et les acteurs des collectivités territoriales”. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre de réforme de l’administration de la transparence de la vie publique, Safia Boly. Elle avait à ses côtés la représentante des Nations Unies Joanne Adamson, Bakary Doumbia président du forum des organisations de la société civile.

Ce projet est une initiative du forum des organisations de la société civile du Mali, en collaboration avec la MINUSMA. L’objectif est de mieux outiller les organisations de la société civile afin d’instaurer un climat d’échanger et de rendre compte de la gestion des affaires locales. Il vise aussi à les faire participer à la prise de décision administrative de leur localité.

La représentante des Nations Unies Joanne Adamson, pense que la promotion de la paix et de la cohésion sociale ne peut se faire sans l’implication de la société civile. L’implication de la société civile dans la gouvernance et du développement local permettra de résoudre la crise au Mali. Cet objectif est l’une des ambitions de la MINUSMA d’où leur implication pour la réalisation de ce projet.

Pour sa part le Ministre de réforme de l’administration de la transparence de la vie publique, Safia Boly dira que ce projet permettra de créer un climat de confiance entre les gouvernés et les gouvernants avant de réitérer l’engagement de son département à accompagner cette initiative.

A propos du projet

Le projet couvrira les régions de Ségou, Mopti, Gao, Ménaka, Tombouctou et Kidal. Pour sa mise en œuvre, il y aura plus 60 séances de sensibilisation sur des thématiques comme le contrôle de l’action publique, l’importance de la collaboration entre les acteurs (société civile, élu local), les outils de la décentralisation seront mis à la disposition de la société civile, 25 tables rondes. Il y aura également des exercices pratiques de simulation entre les élus les acteurs de la société civile pour la compréhension du processus.

Les élus locales rencontrent des difficultés dans la gestion locale grâce au manque de confiance. Le non-paiement des Taxes de Développement Régional Locales “TDRL” en est une parfaite illustration. La nécessité d’ébranler ce climat de méfiance est instauré entre les élus et leur population se pose.

Bissidi Simpara

Bamako, le 17 Janvier 2019

©AFRIBONE