Partager

Le cinquième Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique s’est ouvert lundi 5 novembre à Dakar, en présence notamment du président Macky Sall, de la ministre française des Armées, Florence Parly, et en l’absence remarquée de chefs d’État, en dehors du président gambien, Adama Barrow. Les sujets du développement et de la sécurité étaient au cœur des débats, lundi 5 novembre, au Centre international de Conférences Abdou Diouf de Diamniadio, près de Dakar. « Il s’agit cette année de mettre l’accent sur les sujets du développement et de l’intervention militaire, car tout l’enjeu est de les rendre compatibles et de les articuler et d’aboutir à une stratégie efficace de mise en œuvre », explique Hugo Sada, organisateur du Forum. Malgré les efforts de l’ONU, malgré la présence de Barkhane, on voit qu’il y a un problème d’articulation et d’efficience. Cette journée d’ouverture a notamment été marquée par le discours introductif de Macky Sall, qui a souhaité « remettre en cause la philosophie même de la mission de maintien de la paix » et « lever les tabous », en dénonçant notamment le manque d’efficacité de certaines missions onusiennes. Malgré les efforts de l’ONU, malgré la présence de Barkhane, on voit qu’il y a un problème d’articulation et d’efficience. Cette journée d’ouverture a notamment été marquée par le discours introductif de Macky Sall, qui a souhaité « remettre en cause la philosophie même de la mission de maintien de la paix » et « lever les tabous », en dénonçant notamment le manque d’efficacité de certaines missions onusiennes. Malgré les efforts de l’ONU, malgré la présence de Barkhane, on voit qu’il y a un problème d’articulation et d’efficience. Lorsque les troupes des Nations unies sont réduites à rester dans le camp, en attente que les ordres viennent de New York ou d’ailleurs, pendant que les malfaiteurs s’en donnent à cœur joie, il faut revoir la nature de la mission. C’est une question simplement de bon sens », a pointé le président sénégalais, devant Bintou Keita, sous-secrétaire générale aux opérations de maintien de la Paix à l’ONU, venue représenter l’organisation.« Nous avons plus de 10 000 Casques bleus au Mali, il n’est pas possible qu’avec 10 000 Casques bleus, avec la force Barkhane, il continue d’y avoir des forces qui perturbent le pays. Ce n’est pas logique. Il y a des choses qu’il faudrait corriger », a-t-il insisté, citant également les exemples de la Centrafrique et de la RDC. «… AFP