Partager


L’Afrique dispose d’importantes ressources naturelles pétrolières, gazières et minières. Elle dispose aussi des plus grandes ressources forestières après l’Amazonie. Mais les Africains vivent dans une pauvreté qui n’aurait pas sa raison d’être si toutes ces ressources étaient gérées d’une façon judicieuse.

Le Forum de Bamako, ouvert hier par le Premier ministre Modibo Sidibé, a débattu du thème relatif à la gestion des ressources naturelles en Afrique. C’est une lapalissade que de dire que le continent africain regorge de nombreuses potentialités en ressources énergétiques, gazières, halieutiques, minières, forestières…

Elle occupe la deuxième place mondiale en produits forestiers, notamment le bois, après l’Amazonie et des rangs respectables en produits énergétiques (pétrole, gaz).

Malgré cette immense richesse, la plupart des populations du berceau de l’humanité, et en général, les populations des pays détenteurs de ces ressources vivent dans une pauvreté sinon une précarité.

C’est ce paradoxale qu’a développé hier l’ancien Premier ministre centrafricain Martin Ziguélé. Selon lui, « l’Afrique et ses dirigeants doivent se soumettre à la transparence ».

L’ancien Premier ministre de la RCA, a salué l’initiative sur la transparence des industries avec le slogan « Publiez ce que vous payez ».

Dans son exposé il a ressorti les différentes entraves qui font que les Africains ne peuvent pas disposer efficacement des retombées de leurs ressources naturelles.

Parmi ces entraves, il y a la corruption, la mauvaise gestion, mais aussi le manque de moyens techniques pour lutter contre la gabegie, le manque de moyens techniques de contrôle des ressources exploitées.

Nous y reviendrons.

Denis Koné

22 février 2008.