Partager

Le Forum de Bamako, qui s’ouvre aujourd’hui, regroupe plus de 200 participants maliens et étrangers et va débattre de cinq thèmes : « la gestion des ressources naturelles, le partenariat et la coopération, la gestion des conflits, la jeunesse et l’emploi et le rôle de la femme dans le développement ». Tous ces thèmes seront exposés par d’éminentes personnalités, a indiqué Lassine Diallo, le coordinateur du Forum, au cours de la conférence de presse d’hier.

Selon lui, la principale innovation de la 8e est que « la Fondation du Forum s’occupera désormais de l’organisation du Forum en lieu et place de l’IHM ». L’autre particularité de cette édition est que deux tables rondes sur les cinq seront consacrées aux questions des femmes et des jeunes qui seront en première ligne, c’est-à-dire, au centre des débats.

Pour le conférencier, le Forum a l’ambition d’être à l’image de celui de Davos, où les intellectuels africains et même étrangers pourront débattre des problèmes de l’Afrique, ébaucher des pistes de résolutions d’une manière participative.

Aux dires du conférencier, les conclusions et résolutions du Forum sont toujours remises au président de la République. Ce dernier s’en inspire peu pour élaborer ses politiques de développement économique, social et culturel. Le conférencier note tout de même que les actes posés par le président de la République en matière de développement économique, social et culturel vont souvent dans le sens souhaité par les recommandations et résolutions du Forum de Bamako.

Mais, selon M. Diallo, les étudiants et autres chercheurs en France sont friands des actes édités par le Forum de Bamako car ce sont d’excellents outils de recherche sur les problèmes de développement en Afrique. Selon lui, « la présente édition permettra aux cadres africains d’actualiser leurs connaissances dans une dynamique de métissage de connaissances et de compétences ».

En outre, il s’agira de confronter leurs expertises et expériences sous l’égide d’une émulation saine entre cadres au service du développement de l’Afrique.

Denis Koné

21 Février 2008.