Partager

Situées dans le cercle de Kangaba, les localités de Foroko et Korabani sont devenues aujourd’hui un véritable pole aurifère qui attire beaucoup de sans emploi. Elles sont devenues invivables depuis le samedi 11 mai 2013, date à laquelle, probablement sur instruction des autorités du pays, il y a eu une descente musclée de forces de sécurité pour obliger tous les orpailleurs à déguerpir.

Virés de force de ces mines, les orpailleurs de Foroko et de Korabani, désormais réunis en collectif, ont ténu un grand meeting ce mercredi 22 mai 2013 au CICB pour crier aux autorités leur furie face à ce qui leur est arrivé. Le meeting était dirigé par M. Issa Sy président des chasseurs de Kangaba, et de M. Sekouba Yaffa responsable du collectif. Et surprise, un invité spécial, ou plutôt le spécial, généralement invité des furieux: M. Oumar Mariko secrétaire général du parti Sadi.

Dans une salle archi comble, les orpailleurs venus très nombreux n’ont pas manqué de qualificatifs pour décrire violence avec laquelle ils ont été chassé des mines. Si certains ont exhibé des traces de matraques ou de bâtons sur leur corps, d’autres ont mis l’accent sur la valeur financière de leurs matériels volés ou disparus selon eux durant ces incidents.

Au final, le meeting s’est transformé en séance de témoignage d’exactions, d’atrocités et des vols flagrants, pour reprendre leurs termes, vécus ce jour là. « Les autorités disent qu’il n’y a pas eu de mort, c’est faux. J’ai vu un enfant mourir après que les gendarmes aient jeté des bâtons sur la foule. Cet enfant a été touché par un bâton, il est mort sur le champ.

Moi, ils m’ont dépouillé de mon argent par la force en portant atteinte à mon intimité » témoigne Bintou Thiam. « Les forces de l’ordre ne nous ont pas seulement chassés, ils ont emporté toutes nos machines et groupes électrogènes. Ceux qui ont mené l’opération chassé sont des voleurs » ajoute M. Zoumana Marico ancien secrétaire de la justice devenu orpailleur.

Prenant la parole en sa qualité d’invité exceptionnel, Oumar Mariko a d’abord témoigné de sa solidarité avec ses amis orpailleurs. En suite il a rappelé les différentes interpellations qu’il a faites à certains ministres concernant le problème de l’or quand il était député à l’assemblée nationale. Mariko s’est dit contre la gestion que l’état fait de l’or, de concert avec les grandes sociétés. « Si l’état trouve que le travail que vous faites est illégal, il doit savoir que le gouvernement actuel aussi est illégal car Dioncounda n’avait que 40 jours de présidence à faire, mais à présent il est toujours là » dit-il. Rappelons que le collectif des orpailleurs de ces deux localités ne demande aux autorités qu’une seule chose : les autoriser à retourner travailler dans leurs mines, faute de quoi, ils s’abstiendront de tout vote lors des élections à venir.

Sekou cissé

24 Mai 2013

Source : Arawanexpress.com