Partager

Le Centre de santé de référence de Sogoniko a abrité du 13 au 16 août dernier un atelier de formation sur le dispositif intra utérin dans le post-partum (DIUPP) pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile dans les 30 pays prioritaires de l’USAID.

Le DIUPP est une technique qui consiste à placer un dispositif dans l’utérus de la femme juste après l’accouchement afin de la protéger contre les grossesses sur une période de douze ans.

Selon Dr Youssouf Traoré gynécologue au centre hospitalier universitaire Gabriel Touré, l’utilisation du DIUPP n’a pas d’effet secondaire. C’est un procédé qui permet d’améliorer la santé de l’enfant, de la maman et de toute la famille.

Pour lui, la mise en œuvre du projet DIUPP permet de réduire de 25% la mortalité maternelle et infanto juvénile dans les 30 pays prioritaires de l’USAID dont le Mali.

Les objectifs du DIUPP sont entre autres: contribuer à une meilleure orientation programmatique entre les partenaires d’exécution des soins essentiels dans la communauté (SEC) pour augmenter l’efficacité des méthodes de contraception; améliorer l’accessibilité et la qualité des services de contraception dans les centres de santé communautaire et les maternités rurales.

Il faut rappeler que sur les quinze agents qui ont bénéficié de la formation sur le DIUPP, 9 sont venus du cercle de Kita dont 4 prestataires de CSREF et 5 des trois centre de santé communautaire de Makanbougou, Dar-salam et du centre confessionnel de Saint Félix de Kita.

Le projet intervient dans les districts sanitaires de Kita, Diéma, Kayes, Sélingué, Yanfolila, Bougouni, Kolondiéba et Yorosso, Nioro, Bafoulabé, Kéniéba, Yélimani, et Kayes.

Il intervient aussi dans la gestion active de la troisième période de l’accouchement, des soins essentiels du nouveau-né et dans la planification familiale dans le postpartum .

Première conférence Sino-africaine des ministres de la Santé

Boubacar PAITAO

20 Août 2013