Partager

Le Centre de formation en boulangerie pâtisserie (CFBP) a été officiellement inauguré le samedi 23 juin 2007 en Zone industrielle. Il est l’œuvre des Grands moulins du Mali (GMM), qui initie ainsi la formation diplômante et de perfectionnement dans la filière-pain et activités connexes.

Le CFBP est destiné à la formation d’une centaine de professionnels de la boulangerie et de la pâtisserie par an dans le but d’une qualification ou d’un recyclage. Il ambitionne de dispenser des sessions de cinq jours pour la formation continue et des cours de trois à six mois.

Le directeur des GMM, Cyril Achcar, s’adressant à une foule d’invités dont les ministres de l’Emploi et de la Formation professionnelle et celui du Développement social et de la Solidarité, a indiqué que le Centre a été construit sur fonds propres à 400 millions de F CFA. « Il est la manifestation de notre volonté d’aller au-delà de notre corps de métier en impulsant une dynamique à la filière-pain et en créant des vocations professionnelles nouvelles », a-t-il déclaré.

Le CFBP a vocation de former en plus des boulangers pâtissiers, des techniciens chevronnés en maintenance de matériels de boulangerie. Il sera, à en croire le patron des GMM, un laboratoire d’expérimentation des céréales locales entrant dans la fabrication du pain. Il ne doute pas que les Maliens pourront consommer bientôt leur baguette de pain à base de maïs, de sorgho et de mil.

Le Centre ne se limite pas à la formation. Il compte résorber le chômage en assurant l’insertion socio-professionnelle des jeunes et de ses partenaires boulangers, distributeurs, livreurs, détaillants, restaurateurs, hôteliers, supermarchés.

Les objectifs visés par le CFBP sont : valoriser les produits de l’agriculture, développer le secteur de l’artisanat boulanger au Mali, améliorer l’hygiène alimentaire en mettant dans son programme des cours spécifiques dans ce sens, créer des emplois pour les jeunes.

Les diplômes délivrés sont : le certificat d’aptitude professionnelle en boulangerie pâtisserie aux titulaires du DEF, le brevet de technicien supérieur en boulangerie pâtisserie et le diplôme universitaire de technicien supérieur en boulangerie pâtisserie niveau bac+2.

La ministre de la Formation professionnelle, Mme Bâ Awa Kéita et son collègue Djibril Tangara du Développement social se sont félicités de l’ouverture du Centre puisqu’il rentre, selon eux, dans les priorités de l’Etat dans la création d’emploi et la lutte contre le chômage et la pauvreté.

Abdrahamane Dicko

29 juin 2007.