Partager

Le Premier ministre centrafricain André Nzapayeke a formé lundi son nouveau gouvernement de transition, composé à la fois de proches de l’ex-rébellion Séléka et des milices chrétiennes, ainsi que de figures connues de la politique centrafricaine.L’annonce intervient dans un contexte tendu: alors que des ex-rebelles Séléka ont commencé à quitter Bangui, la capitale centrafricaine connaît depuis plusieurs jours un regain de violence entre chrétiens et musulmans. Le nouveau gouvernement, composé de 20 ministres dont sept femmes, conserve plusieurs figures connues du précédent, comme Herbert Gontran Djono Ahaba, proche de l’ancien président Michel Djotodia, aux Travaux publics, ou Marie-Noëlle Koyara, plusieurs fois ministre sous Ange-Félix Patassé (président de 1993 à 2003), au Développement rural. Parmi les figures de l’ex-rébellion Séléka, on retrouve Arnaud Djoubaï-Abazène aux Transports et Abdallah Hassan Kadre, précédemment à l’Economie, aux Télécommunications. Les ministères de la Défense et de la Sécurité publique reviennent à deux militaires de l’ancienne armée nationale, le général Thomas Timangoa et le colonel Denis Wangao. Les milices chrétiennes « anti-balaka » sont également représentées, avec Léopold Narcisse Bara à la Jeunesse et aux Sports. AFP.