Partager

Le président du Niger Mahamadou Issoufou a formé mardi un nouveau gouvernement de « large ouverture », marqué par l’entrée de plusieurs personnalités de l’opposition. L’actuel Premier ministre touareg, Brigi Rafini, conserve son poste, précise le décret. L’équipe d’une trentaine de membres est caractérisée par l’entrée de personnalités du Mouvement national pour la société de développement (MNSD), principal parti de l’opposition et la formation de Mamadou Tandja, l’ex-chef de l’Etat renversé en 2010 par l’armée après dix ans de pouvoir. Ainsi, deux ténors du MNSD –Wassalké Boukari et Alma Oumarou– deviennent ministres de l’Environnement et du Commerce. Le secrétaire général du MNSD, Albadé Abouba, est lui-même nommé ministre d’Etat à la présidence. Parmi les ministères clés, ceux de la Défense, du Pétrole, des Mines, celui des Affaires étrangères et de la Justice conservent leur titulaire, tous des proches de Issoufou. L’Intérieur est confié à Massoudou Hassoumi, précédemment directeur de cabinet de la présidence. Bien que disposant d’une large majorité au Parlement, le président nigérien avait appelé à la formation d’un gouvernement « d’Union nationale ». Il a récemment mené des tractations avec ses opposants dont l’ex-président Tandja encore très populaire. AFP