Partager

Nommé le vendredi 28 septembre Premier ministre, Modibo Sidibé n’arrive toujours pas à présenter au peuple malien la liste de son équipe gouvernementale, fortement attendue depuis hier, lundi 1er octobre.

Pourtant, il avait pris fonction ce jour-là aux environs de 11 heures à la Primature où le désormais ancien Premier ministre, Ousmane Issoufi Maiga, lui a passé le témoin en des termes élogieux. Mais pourquoi ce retard ? Il nous est revenu que le blocage de la composition du nouveau gouvernement se situe à trois niveaux.

D’abord, ATT souhaite vivement que le RPM de IBK, qui a cependant affirmé son ancrage dans l’opposition à maintes reprises, soit représenté au sein de l’attelage gouvernemental. Il semble même que le chef de l’Etat ait jeté son dévolu sur Toumani Djimé Diallo. Le président des Tisserands, Ibrahim Boubacar Kéïta, a poliment, mais fermement refusé l’entrée de sa formation politique dans l’Equipe de Modibo Sidibé. Avant de signifier clairement à ATT que si « Toumani Djimé est nommé ministre, ce n’est en tout cas pas au nom du RPM « .

Le second niveau de blocage se trouve du côté du CNID parce que cette formation politique, à l’instar du MPR et de certaines formations politiques lilliputiennes, n’aura qu’un seul siège dans la nouvelle équipe gouvernementale.

Alors que le parti du soleil levant a présenté, outre N’Diaye Bah, d’autres responsables (voir notre précédente parution) et surtout le Dr Akory Ag Ikinane, un cadre compétent et républicain de la région de Kidal.

Il semble que ATT hésite entre le ministre du Tourisme sortant qui a un bilan flatteur et ce cadre Touareg dont le C.V aurait séduit le locataire de Koulouba.

Le dernier niveau de blocage réside dans la nomination des femmes que celui-ci espère voir nombreuses dans le prochain gouvernement.

Les dossiers des femmes envoyés par les partis politiques n’ont, semble t-il, pas beaucoup enchanté le président de la République. Celui-ci lorgne, nous a t-on dit, vers la société civile.

En tout cas, le gouvernement est vivement attendu par le peuple malien. Le plut tôt sera le mieux, c’est à dire dès aujourd’hui.


A suivre.

Chahana Takiou

02 octobre 2007.