Partager

Les chefs d’Etat membres du Groupe de contact de la CEDEAO à l’issue du mini-sommet sur le Mali, qui a eu lieu le 7 juillet dernier à Ouaga, ont soutenu la demande des forces vives du Mali y compris de la classe politique et de la société civile de former un gouvernement d’union nationale afin de favoriser la stabilité politique et de créer les conditions propices à une sortie de crise. C’est ainsi que la CEDEAO a invité la classe politique et les forces vives du Mali à procéder à des consultations et à formuler au Président de la République par intérim, Dioncounda Traoré des propositions en vue de la formation, avant le 31 juillet 2012, d’un gouvernement d’union nationale chargé de la mise en œuvre d’une feuille de route de sortie de crise.

C’est justement dans ce cadre que le Premier ministre Cheick Modibo Diarra est arrivé, vendredi 13 juillet 2012, à Paris pour rencontrer le Président par intérim Dioncounda Traoré. Cette visite du chef du gouvernement intervient après qu’il se soit rendu au Niger et au Sénégal, respectivement les 11 et 12 juillet 2012.

De source proche de la primature, on indique qu’ »en plus de s’enquérir de l’évolution de la convalescence du Professeur Dioncounda Traoré, le Premier ministre va également lui annoncer sa décision de proposer une large ouverture à toutes les forces vives du pays unies de cœur et d’esprit pour la reconquête du Nord du Mali.

Dans cet esprit, le Premier ministre va s’accorder avec le Président par intérim sur une architecture gouvernementale appropriée. De même, le chef du gouvernement va proposer un canevas pour obtenir l’assistance de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en vue du renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité du Mali dans l’accomplissement de leurs tâches régaliennes ».

Vivement donc des consultations autour du Président de la République par intérim, Dioncounda Traoré afin de formuler des propositions en vue de la formation d’un gouvernement d’union nationale. Cap sur une synergie d’action pour rétablir l’intégrité territoriale du Mali, sécuriser les institutions et assister le Mali pour l’organisation d’élections justes, transparentes et crédibles. Le temps presse.

Alassane DIARRA

16 Juillet 2012