Partager

L’Université du coton, qui démarrera en septembre 2008, vise un meilleur perfectionnement des acteurs de la filière afin qu’ils deviennent une force de proposition, et partant se faire une place de choix dans un contexte de mondialisation.

Donner de larges informations aux producteurs de coton et leurs partenaires nationaux sur l’Université du coton (sa création, ses objectifs, sa gestion et les retombées pour les filières) : tel était l’objectif d’une conférence de presse que l’Association des producteurs de coton africain (Aproca), a animée mardi après-midi dans les locaux de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam).

Selon François Traoré, président de l’Aproca, l’Université du coton, basée à Bobo-Dioulasso, s’attachera à la formation continue des producteurs de coton, des partenaires de la filière, des ingénieurs, des agronomes et des étudiants du niveau bac+2.

A en croire le conférencier, l’Université, qui démarrera ses cours en septembre 2008, formera également par an entre 20 et 30 étudiants du niveau bac+2 ou 3. La finalité recherchée est d’assurer la formation continue des producteurs et de favoriser un cadre de concertation et d’échanges d’expérience entre eux.

De façon générale, l’Université du coton vise un meilleur perfectionnement des acteurs de la filière coton afin qu’ils deviennent une force de proposition et partant se faire une place au soleil à l’heure où l’on parle de plus en plus de mondialisation et de globalisation.

Autre sujet évoqué au cours de la conférence par le président de l’Aproca, c’est la tournée qui va le mener dans neuf pays membres de l’Association. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’ivoire, du Ghana, du Mali, du Sénégal, du Tchad et du Togo.

A chacune de ces étapes, a-t-il indiqué, « l’équipe de la mission aura des réunions avec les élus nationaux des producteurs, les sociétés cotonnières ou leurs organisations fédératives, les interprofessions cotonnières, des audiences auprès des ministres en charge de l’Agriculture, de la Recherche et de la tutelle des académies universitaires. Des rencontres sont également prévues avec l’Uémoa et d’autres institutions africaines ».

L’idée de la création de l’Université du coton a été lancée lors du Salon de l’agriculture de Paris en 2006. Selon ses initiateurs, elle vient en complément des efforts qui sont déjà en cours avec divers partenaires.

Mohamed Daou

19 avril 2007.