Partager

Une nouvelle crise pointe à l’horizon entre le Collectif des ligues majoritaires (CLM) de la Fédération malienne de football (Femafoot) et l’instance dirigeante du football national.

C’est le moins que l’on puisse dire après la conférence de presse organisée hier à la Pyramide du souvenir par les responsables du Collectif. La conférence était animée par Abba Mahamane, en présence des représentants des ligues de Kayes, Ségou, Tombouctou et Kidal.

D’entrée de jeu, le conférencier dira que le CLM a décidé de rencontrer la presse pour dénoncer la mauvaise gestion des fonds de la Femafoot, l’ingérence du comité exécutif dans les affaires des ligues. Sur le premier point, à savoir l’ingérence de la Femafoot dans les affaires des ligues, Abba Mahamane accusera le comité exécutif d’avoir fait voter des textes en dehors de toute la réglementation.

Le vote de ces textes permet aujourd’hui au comité exécutif d’avoir «une mainmise sur les différentes Ligues de football et même les Districts de football. L’objectif final visé est d’asseoir l’hégémonie de la Femafoot sur la gestion du football malien le plus longtemps possible, alors que les résultats ne suivent pas», a dit Abba Mahamane. Et de poursuivre : «Ils ont voté ce qu’ils ont appelé les statuts type et dans ces statuts type, ils ont mis certaines dispositions qui fabriquent de toute pièce une commission électorale qui intervient à tous les niveaux d’élection au niveau des ligues. Cette commission électorale est à la solde du comité exécutif».

Concernant la gestion des fonds alloués à la Femafoot, Abba Mahamane a indiqué que sur un budget prévisionnel 2021-2022 d’environ 5 milliards de Fcfa, les clubs évoluant en ligues 1, 2, 3 et les ligues régionales n’ont reçu que 500 millions de Fcfa. «Où va le reste de l’argent», interrogera le conférencier qui avait à ses côtés Salaha Baby (président de la Ligue de Tombouctou), Yéli Sissoko (représentant de la Ligue de Kayes), Tamou Ag Bigui (secrétaire général de la Ligue de Kidal) et Jules Dembélé (secrétaire général de la Ligue de Ségou).

Le CLM de la Femafoot accuse également le comité exécutif de persécution à travers notamment ses commissions indépendantes «qui sont tout sauf indépendantes». «C’est tout cela qui nous a poussé à saisir le Tribunal arbitral du sports. Aujourd’hui, il y a cinq affaires au niveau de la juridiction de Lausanne qui concernent des clubs de D3 et D2 et des ligues. Et figurez-vous, le traitement de ces dossiers coûtera près de 100 millions de Fcfa à notre football. Cet argent aurait pu servir autre chose», a déploré Abba Mahamane.

«Face à cette situation, le Collectif des ligues et clubs majoritaires de la Femafoot a saisi les autorités politiques et administratives pour dénoncer ce harcèlement et cette ingérence du comité exécutif dans les affaires des ligues et clubs. Nous attendons la réponse des autorités, mais en attendant, le Collectif se réserve le droit d’user tous les moyens légaux pour se faire entendre. Nous n’accepterons pas qu’on nous piétine, qu’on bafoue nos droits», a averti Abba Mahamane.

Affaire à suivre…

Source: L’Essor