Partager

« Pour faire une grande équipe, il faut de grands joueurs », dit-on. Cela semble logique. Mais, pour que de bons joueurs puissent constituer une grande équipe, il faut aussi miser sur le talent d’un bon chef d’orchestre pour dicter la partition.

Qui est le meilleur entraîneur du monde ? Et pourquoi ? La qualité d’un technicien se mesure-t-elle seulement aux titres remportés ? C’est le débat qui oppose généralement les fans des clubs, des sélections nationales. Et en février 2008, le site de la Fifa (fifa.com) avait ouvert le débat sur la question.

En la matière, le Français Arsène Wenger impressionne par sa capacité à transformer en or chaque joueur qu’il attire à Arsenal. José Mourinho a offert la Ligue des champions au FC Porto avec des joueurs qui n’avaient à l’époque pas de réputation hors des frontières portugaises. Mais, « The Special One » a prouvé par la suite qu’il était également capable de gérer un effectif de grands noms pour ramener Chelsea sur le toit du football anglais après des décennies de disette.

Sir Alex Ferguson, lui, est aussi à l’aise dans la formation des jeunes pousses (Paul Scholes, Ryan Giggs, David Beckham ou Gary Neville ont tous été formés à Manchester United) que dans la gestion de stars comme Eric Cantona, Fabien Barthez, Wayne Rooney, Cristiano Ronaldo, Carlos Tevez.

Dans un style différent, l’Italien Fabio Capello a remporté le titre de champion avec chaque équipe qu’il a dirigée. Après le Milan AC, l’AS Rome, la Juventus Turin et le Real Madrid, le Mister a pris en main la sélection d’Angleterre. Parviendra-t-il à redorer le blason des « Trois Lions » (équipe nationale d’Angleterre) après leur échec en qualification pour l’Euro-2008 ?

Quant à l’Allemand Ottmar Hitzfeld, il est le seul entraîneur à avoir remporté la Ligue des champions sur le banc de deux clubs différents, le Borussia Dortmund et le Bayern Munich. Revenu sur le banc bavarois l’hiver dernier, il a ramené le Bayern au premier plan de la Bundesliga après une saison 2006-2007 calamiteuse.

Après avoir réalisé le doublé (championnat et Coupe d’Allemagne) avec les Munichois, il s’est éclipsé au profit de Klinsman.
Mais, en marge de ces techniciens très médiatiques, nombreux sont les entraîneurs qui font des merveilles dans l’ombre.

Bertrand Marchand a amené l’Etoile du Sahel à la 4e place de la Coupe du monde des clubs, Dunga a offert une nouvelle Copa America au Brésil, Rafael Benitez a disputé deux finales de Ligue des champions en trois ans, dont une victorieuse, Carlo Ancelotti mène de main de maître un Milan AC où la pression du résultat fait partie du quotidien, et Eric Gerets a amené son expérience à Marseille pour faire oublier le début de saison catastrophique de l’OM.

Ce sont là des avis de chroniqueur. Un avis qui n’est d’ailleurs pas fondamentalement mis en cause par le forum de discussion de fifa.com. Chaque supporter a son favori parmi les cracks. Mais, les défenseurs d’un petit lot sont assez nombreux sur la toile mondiale. Et ils ne manquent pas d’arguments pour défendre leurs idoles sur le banc d’entraîneur.

« Pour moi le meilleur entraîneur du monde n’est autre que Arsène Wenger parce qu’il a fait d’Arsenal un grand club. Il puise dans sa réserve du centre de formation et n’hésite pas à mettre ses jeunes pousses dans le grand bain. Il n’y a pas beaucoup d’entraîneurs capables de prendre de gros risque au haut niveau comme lui », défend un internaute canadien.

Il n’est pas le seul dont le cœur bat pour Wenger. « Je pense que Arsène est le meilleur entraîneur du monde », le rejoint un supporter ghanéen. « Il a les yeux de bon détecteur de talent et il sait transformer les joueurs en de bons footballeurs ». « Il a aussi le don de faire pratiquer un football non seulement beau, mais conquérant a son équipe », poursuit un Béninois.

« Pour moi le meilleur entraîneur est celui qui de rien du tout ressort une équipe bien soudée. En l’occurrence, je choisis José Mourinho qui, par son sens très personnel du football, a déterré cette équipe de Porto et ensuite celle de Chelsea », dit un Malien. Ce dernier souligne aussi que ses compatriotes peuvent se vanter des Mamadou Kéita (paix à son âme), Molobali Sissoko, Alou Ouattara, Doudou Diakité, Karounga Kéita, Kidian Diallo, Sadia Cissé, Mad Coulou…

En Afrique, le sélectionneur national algérien Rabah Saadane a été récemment désigné comme l’un des meilleurs entraîneurs au niveau mondial par World-Coach.com. Saadane est classé 163e avec 35 points. Il est arrivé devant sept autres sélectionneurs parmi lesquels Henri Michel.

L’Egyptien Hassan Shahata est le seul autre sélectionneur arabe ou africain présent sur cette liste.

La carrière d’entraîneur de Saadane comprend des succès en Ligue arabe des champions avec l’ES Sétif et en Coupe d’Afrique avec les Marocains du Raja Casablanca. Sur le continent, on ne peut s’empêcher aussi d’évoquer des noms comme Yéo Martial (Côte d’Ivoire), Shaibu Amodu (Nigeria), Badou Zaki (Maroc), Jomo Sono (Afrique du Sud), Mahmoud Al-Gohari (Egypte), Jean-Paul Akono (Cameroun), Karim Abdul Razak (Ghana)…

La liste est sans doute loin d’être… exhaustive !


Alphaly

11 Juillet 2008