Partager

La sélection nationale affrontera la Côte d’Ivoire au premier tour des éliminatoires avec match aller à Abidjan. Au total, 22 pays sont en lice pour ce tour initial et tous nourrissent le même rêve : se qualifier pour la phase finale qui se déroulera en octobre en Namibie

jpg_une-2483.jpgLa Namibie abritera en octobre prochain la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) féminine. La première phase des éliminatoires se déroulera en février et 22 pays dont le Mali sont concernés par ce tour initial. Les autres pays sont l’Algérie, le Maroc, l’Egypte, la Tunisie, l’Ethiopie, le Soudan, le Burkina Faso, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Rwanda, le Kenya, le Nigéria, la Sierra Leone, la Guinée Bissau, le Sénégal, le Mozambique, les Comores, le Botswana, le Zimbabwe, la Zambie et la Tanzanie.

Les matches aller sont prévues du 13 au 15 février, tandis que les manches retour se dérouleront du 28 février au 2 mars. La Guinée équatoriale, championne d’Afrique en titre, l’Afrique du Sud et le Cameroun sont exempts de ce premier tour des qualifications.

La sélection nationale féminine affrontera la Côte d’Ivoire au premier tour le 14 février avec match aller à Abidjan. Pour les Aigles Dames et leur nouvel entraîneur Abdramane Moussa Traoré, le compte à rebours est déjà lancé.

En effet, Diaty N’Diaye et ses coéquipières ont repris les entrainements lundi au stade Ouezzin Coulibaly et c’est un groupe composé de plus de 60 joueuses qui a été convoqué par le technicien nigéro-malien (61 joueuses pour être précis). La présélection d’Abdramane Moussa Traoré est un mélange d’anciennes joueuses et de néophytes qui sont issues des clubs du District. «On s’est basé sur la dernière rencontre de l’équipe nationale pour faire la présélection, indique Abdramane Moussa Traoré.

Ainsi, 18 joueuses sont des anciennes qui ont déjà porté le maillot de la sélection nationale, tandis que les autres sont à leur première expérience. Mais le critère principal de cette première sélection a été la compétitivité. Toutes les joueuses convoquées sont opérationnelles», ajoutera le technicien. La première phase de la préparation sera marquée par des séances d’entraînement et des matches au sein du groupe. Ce stage durera deux semaines et permettra au technicien de ramener la présélection à 25 joueuses.

Bien qu’il soit à sa première expérience à la tête d’une sélection nationale, Abdramane Moussa Traoré est confiant et affiche son optimisme pour la suite des événements. «Je n’ai jamais encadré une équipe féminine, c’est ma première fois de travailler avec les filles.

Mais le football est universel et pour moi il n’y a pas de différences entre les femmes et les hommes», confie le technicien. «Mon objectif, poursuit-il, c’est la qualification pour la phase finale de la CAN. Cela commencera à partir du 14 février prochain contre un adversaire que tout le monde connaît bien au Mali à savoir la Côte d’Ivoire et on fera tout pour passer ce cap».

Il faut rappeler que parmi les 61 joueuses convoquées par le nouveau sélectionneur national, 11 éléments viennent de l’USFAS qui dispose donc du plus grand contingent, devant l’AS Mandé (10) le FC Amazone et Super club (7). Le reste du contingent est reparti entre le Réal (5), Alliance FC (4), l’AS Badema (4), les Amazones de la Commune V (3), les Super Lionnes (3), l’AS Sirènes (2), Santoro UFC (2), Malisadio (2) et Saramayan de Kati (1).

B. THIERO

L’Essor du 8 Janvier 2014