Partager

Pour gérer son Fonds pour risques hydrologiques (FRH), la Société de gestion de l’énergie de Manantali (Sogem) a porté son choix sur la Banque of Africa (BOA). Afin de matérialiser leur partenariat, les deux entités ont paraphé hier une convention de partenariat.

La Sogem a lancé le 2 octobre 2013, un appel d’offres pour la sélection d’une banque en charge de la gestion de son Fonds pour risques hydrologiques (FRH). Destiné à faire face aux éventuels risques d’inondation, de détérioration de l’environnement, consécutifs à l’exploitation du barrage, ce fonds s’élève à 9 milliards de F CFA.

A l’issue d’une rude sélection, la Sogem a porté son choix sur la Bank of Africa-Mali pour gérer le fonds. Ce choix a été entériné par le conseil des ministres de l’OMVS. Afin de matérialiser leur partenariat, Cheikh Ould Abdellahi Ould Bedda, directeur général de la Sogem, et Mamadou Igor Diarra, PDG de la Boa-Mali, ont paraphé jeudi une convention de partenariat.

Les deux personnalités se sont réjouies de ce nouveau partenariat pour un développement durable du Bassin du fleuve Sénégal. Cheikh Ould Abdellahi Ould Bedda a noté que le choix de la Boa a été le fruit d’une sélection très transparente pour permettre à sa société de placer son argent. Mamadou Igor Diarra a promis de sécuriser et de faire fructifier le fonds.

Depuis sa création, le 7 janvier 1997, par les Etats-membres de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), la Société de gestion de l’énergie de Manantali ( Sogem) a déjà relevé de nombreux défis comme la réalisation avec succès en 2002 du Projet énergie Manantali, après celle du barrage du même nom en 1988, créant ainsi le plus grand réseau électrique interconnecté d’Afrique de l’Ouest, sans oublier l’achèvement en cours du complexe hydroélectrique de Félou.

L’ambition de la Sogem est de prendre toute sa place dans la mise en œuvre de la Politique énergétique commune (Pec) de l’OMVS, dans la mise en œuvre des ouvrages de seconde génération ainsi que dans celle des réseaux nécessaires pour l’évacuation de l’énergie produite, incluant les lignes d’interconnexion sous régionales et régionales.

La Boa-Mali est la 3e banque du Mali avec plus de 215 milliards de F CFA de ressources avec un total bilan de 312 milliards de F CFA. Elle est devenue aujourd’hui un acteur incontournable dans le financement du secteur énergétique. Pour rappel, la banque injecte plus de 50 milliards de F CFA dans le secteur de l’énergie et plus de 3 milliards de F CFA dans le secteur de l’eau.

Sidiki Doumbia

09 Mai 2014