Partager

Fidèle a son esprit de solidarité, la fondation partage a procédé le lundi 1er septembre 2008 au lancement de la 11e édition de l’opération Ramadan dans 18 mosquées et deux hôpitaux dans le District de Bamako et la commune rurale de Moribabougou.

Cette opération qui se déroulera tout le long du mois de Ramadan a pour objectif d’organiser une solidarité de proximité auprès des musulmans. Et cela pour répondre à l’un des principes de la religion musulmane. L’opération plaide également pour la création de réseaux et groupes d’action sociale à base communautaire en vue de favoriser l’émergence et le renforcement d’une solidarité soutenue pendant le mois du Ramadan.

Elle se déroulera essentiellement dans 18 mosquées du district de Bamako et deux hôpitaux à savoir l’hôpital Gabriel Touré et l’hôpital du Point-G et dans la commune rurale de Moribabougou. Le coût de l’opération est de 22 millions de nos francs. Les 18 sites retenus pour l’opération Ramadan recevront en tout 80 bidons de 20litres d’huile, 11tonnes 500 kg de sucre et plusieurs tonnes de mil et de riz. A ceci s’ajoutent les savons, les bois, les bols et les tasses.

L’action humanitaire de la fondation partage, depuis 11ans, traduit la ferme volonté de sa présidente Mme Adam Ba Konaré à aider la communauté musulmane à surmonter cette période de sacrifice et de purification. Il sera servi aux fidèles de la bouillie de mil tous les jours et du riz au gras chaque vendredi du mois de carême à l’heure de la rupture du jeûne.

De Gabakoro droit, dans la commune rurale de Moribabou-gou à Niamakoro, en passant par Sanga-rébougou, Djikoroni et Torokorobougou dans le district de Bamako, c’est la grande mobilisation de la communauté musulmane autour de cette opération de solidarité de la fondation partage.

La chargée de la coordination de l’opération Ramadan à Moriba-bougou, Mme Haïdara Diahra Touré, non moins présidente de l’association des productrices de viande (APROVI), a apprécié l’intérêt des musulmans pour cette opération «Il s’agit d’un geste de solidarité, de soulager la souffrance de certaines personnes qui n’ont pas les moyens de faire face aux besoins croissants de ce mois de sacrifice. Nous sommes disponible pour donner satisfaction aux musulmans» a-t-elle expliqué.

Pour l’imam de la mosquée de Sikoroni, Gaoussou Kéïta «La fondation partage est notre partenaire depuis fort longtemps, sa disponibilité n’a jamais fait défaut. Cette opération est un soutien d’une importance capitale pour la religion musulmane puis qu’il s’agit de venir en aide à ceux qui n’en ont pas» a déclaré l’imam Kéïta.


Nouhoum Dicko

03 Septembre 2008