Partager

Plus de 2000 nouveaux enseignants vont être recrutés dans la fonction publique des collectivités territoriales. Les épreuves de cette sélection se sont déroulées hier sur toute l’étendue du territoire national à l’exception de Kidal où aucune candidature n’a été enregistrée. Ici à Bamako, l’ouverture officielle a eu lieu au lycée Ba Aminata Diallo en présence de Hady Traoré, secrétaire général par intérim du ministère de l’Administration territoriale et de Souleymane Goundiam son homologue de l’Education nationale. On notait également la présence du directeur du Centre national des examens et concours, Hassimi Adama Touré.

Pour cette année ils sont au total 13000 candidats à postuler pour 2232 postes à pourvoir dans l’enseignement : 1969 enseignants pour le fondamental et l’éducation préscolaire, 60 dans l’enseignement normal pour les instituts de formation des maîtres, 71 professeurs dans les lycées d’enseignement général et 60 enseignants dans les écoles techniques et professionnelles. Il s’agira de recruter les meilleurs dans les différentes spécialités.

C’est dans la salle n° 115 que le secrétaire général par intérim du ministère de l’Administration territoriale a procédé à l’ouverture de l’enveloppe contenant les sujets. A cette occasion, il s’est adressé aux candidats pour expliquer qu’en se rendant dans le centre de concours, il voulait se rassurer que toutes les conditions étaient réunies pour le bon déroulement du concours.

Hady Traoré a ensuite invité les candidats à bien se concentrer sur les sujets, en disant ne point douter de leurs potentialités. Il a demandé à chacun de se considérer individuellement comme le meilleur de tous.

Les deux responsables de l’Administration territoriale et de l’Education nationale ont souligné que le personnel qui va être recruté viendra combler un déficit énorme d’enseignants pour les collectivités territoriales qui doivent désormais de façon autonome prendre en charge la bonne gestion du personnel de l’éducation et avoir des formateurs de qualité.

Souleymane Goundiam a insisté sur l’enseignement de qualité dont les enfants ont besoin aujourd’hui. Le concours va permettre de vérifier les compétences des uns et des autres, afin de procéder au recrutement des meilleurs parmi eux.

Lougaye ALMOULOUD

L’Essor du 18 Novembre 2013