Partager

Le ministre de la Fonction publique, de la bonne gouvernance et des Reformes administratives, chargé des Relations avec les institutions, Mamadou Namory Traoré, a décidé le mardi 2 octobre 2012 de mettre à la porte certains agents fonctionnaires de l’Etat à travers un arrêté ministériel sous le N°2012 001308. Ils sont 263 fonctionnaires dont 54 contractuels concernés par cette décision.

Pour assainir la fonction publique, les nouvelles autorités de la Transition ont décidé de faire un toilettage complet au sein des fonctionnaires de l’Etat. Pour ce faire, le ministre de la Fonction publique, de la bonne gouvernance et des Reformes administratives, chargé des Relations avec les institutions, Mamadou Namory Traoré, a pris un arrêté N°2012 00 13 08 portant annulation des décisions de recrutement de certains fonctionnaires de l’Etat. Ces décisions sont annulées pour non-conformité aux dispositions du décret N°2011-051/PRM du 10 février 2011 fixant les conditions d’emploi du personnel de l’administration relevant du code de travail.

Ils sont au nombre de 263 agents concernés par cet arrêté ministériel. Ces agents ont été recrutés en violation flagrante des textes régissant le statut général de la fonction publique la fonction publique. Le ministre de la Fonction publique, de la bonne gouvernance et des Reformes administratives…, Mamadou Namory Traoré, a, au cours d’un point de presse expliqué le bien fondé de sa décision.

A l’en croire « l’accès à la fonction publique obéît à des règles. Ainsi, pour les fonctionnaires, l’intégration à la fonction publique se fait par voie de concours. Quant aux contractuels, le recrutement se fait par une simple décision. C’est après vérification des agents ayant intégré la fonction publique entre 2011 et 2012 qu’il a été constaté que ces derniers n’ont pas passé par voie de concours.

Et c’est après consultation de la hiérarchie (le président de la République par intérim et le Premier ministre) qu’il a décidé d’annuler les décisions de recrutements de ces agents de l’Etat ».

Le ministre a également expliqué que le bureau du vérificateur général a déjà été saisi pour mener des investigations au niveau de la direction nationale de la fonction publique afin de situer les responsabilités. Selon M. Traoré, si dans une République, il y a des gens qui outrepassent les lois, on ne saurait parler de République. Il a déclaré qu’il restera ferme sur sa décision et par conséquent, il invite les uns et les autres à respecter les lois et les règlements du pays.

Ben Dao


Radiation de fonctionnaires de l’Etat : La Direction nationale de la fonction publique assiégée hier

Hier mercredi 3 octobre 2012, la Direction nationale de la fonction publique a été momentanément assiégée par des agents concernés par la décision du ministre de la Fonction publique, Mamadou Namory Traoré, prise la veille. La mesure concerne 263 agents dont l’intégration à la fonction publique n’aurait pas été dans les règles de l’art. Ils ont été recrutés entre 2011 et 2012.
Les assaillants d’hier étaient en grande majorité des douaniers en tenue.

Selon un d’entre eux que nous avons approché, « nous sommes 263 agents à être concernés par la mesure, mais d’autres personnes ont été épargnées et parmi ce lot figurerait le fils du directeur national de la fonction publique, un certain Boubacar Traoré. C’est là où la mesure pèche car, elle tend à montrer une facette de deux poids deux mesures ». Dans tous les cas, les agents concernés ne l’entendent pas de cette oreille et se disent déterminés à se faire entendre dans les jours à venir.

Hier, c’est la police qui a pu parer à des actes fâcheux à la Direction nationale de la fonction publique. Il paraît même que sur la liste figurent des noms qui font sursauter comme ceux de N’Dèye Sissoko de l’ORTM, l’artiste musicien Ibrahim Thialé Arbi, l’ancien leader estudiantin, Safouné Togo et tant d’autres. Les jours à venir nous édifieront davantage sur ce scandale fumant.

A. Diakité

L’Indicateur du Renouveau du 04 Octobre 2012