Partager

Après avoir épuisé toutes les voix de recours auprès de la mairie de la commune I et du district de Bamako, 41 enseignants détenteurs de convocations de lots à usage d’habitation, ont décidé de saisir le Président de la République ATT, afin que justice leur soit rendue.

Plus d’une quarantaine d’enseignants ne savent plus où donner de la tête. Ils ont frappé à toutes les portes, mais peine perdue. Personne n’arrive à trouver une solution à leur problème. En désespoir de cause, ils ont décidé d’adresser un “SOS” au Président de la République.

Dans une lettre adressée au Président de la République Amadou Toumani Touré, en date du 25 juillet 2008, ils saisissent ATT pour la régularisation de leur situation. Dans cette lettre, les 41 enseignants dénoncent la négligence et la mauvaise foi observées par l’administration malienne pour leur indiquer les parcelles qu’ils doivent occuper au titre de lot à usage d’habitation.

Selon la lettre adressée au Président de la République, les 41 enseignants, au titre de la décision n°507/DB du 6 août 1996, sont détenteurs de convocations à s’acquitter des taxes et autres impôts afin de bénéficier de lots à usage d’habitation.

Mais, bien qu’ayant payé, depuis 12 ans, tous les frais relatifs à ces convocations, tant au niveau de la mairie de la commune I qu’au niveau de du District, les pauvres enseignants ne sont pas encore en possession de leurs parcelles.

Des démarches multiformes ont été entreprises par les syndicats d’enseignants et même par les autorités scolaires de la commune I. Mais, rien n’y fut. Les 41 enseignants sont toujours sans nouvelle de leur lot à usage d’habitation, malgré qu’ils se soient acquittés de toutes les exigences financières légales en la matière en République du Mali.

Des cette longue attente, sans espoir de voir un jour l’administration se résoudre à leur allouer les parcelles pour lesquelles certains se sont endettés il y a douze ans, les 41 enseignants se sont résolus à saisir le Président de la République afin que justice leur soit rendue avant qu’il ne soit trop tard. En 12 ans de combat, 3 enseignants sont décédés, 10 sont allés à la retraite et 10 autres s’apprêtent à y aller.

Les 41 enseignants sont de plus en plus convaincus qu’ils ne sont pas dans ce Mali, où les autorités se disent soucieux du logement des moins nantis en initiant des programmes de logements sociaux pour matérialiser leur volonté.

En tout cas, ils n’arrivent à trouver une explication à cette situation qui consiste à refuser de les mettre dans les droits, à un moment où l’Etat se débat pour réaliser quelques logements sociaux afin de soulager les maliens de la hantise de la location à vie. Dans tous les cas, ils appellent le Président de la République à voler à leur secours, si non, comme trois de leurs camarades, ils risquent de quitter la terre des hommes sans avoir eu le plaisir de s’offrir un toit.

Assane Koné

06 Aout 2008