Partager

Contrairement aux différentes éditions de la FEBAK, c’est seulement des nationaux qui prendront part à cette manifestation commerciale. Ce qui aura le double avantage de promouvoir les produits locaux et de valoriser les échanges entre les commerçants d’une part, et entre commerçants et industriels d’autre part.

Cette manifestation commerciale sera, à n’en pas douter, l’une des grandes innovations de Jeamille Bittar. Après la construction des sièges des délégations régionales de Ségou, Sikasso et Mopti, faut-il rappeler que l’organisation de cette foire est le couronnement du programme d’activités du président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali, qui dès les premiers moments de son investiture à la CCIM a initié la tenue régulière des foires dans les régions.

La première édition fut la foire-exposition de Kayes, et la deuxième édition aura lieu du 16 au 25 mars 2007; suivra celle de Gao du 23 juin au 1er juillet 2007. Autant de réalisations qui ont fait dire au président de la Chambre Commerce de Kayes que Bittar a indéniablement révolutionné le secteur privé.

Pour le chef du service foire de la Chambre de commerce Mahaman Ousmane Dicko, la première Foire de l’indépendance du Mali (FIMA) est un espace d’échanges et d’opportunités pour le secteur privé national et constitue une réponse appropriée à l’engagement de la CCIM dans la construction d’un parc des expositions moderne et multifonctionnel.

Selon M. Dicko, l’administrateur du parc des expositions, cette initiative est à saluer et mérite d’être soutenue de la part des opérateurs économiques. Il a invité les uns et autres à s’approprier cet évènement qui sera désormais un des grands rendez-vous, tous les ans.

A en croire M. Mahamane Dicko, l’objectif est de promouvoir le secteur industriel et d’inciter les jeunes à la création d’entreprise. M. Dicko a ajouté que des structures qui ont recours à la création d’emplois seront présentées pour donner aux jeunes diplômés des informations sur l’emploi.

Quant aux bacheliers, ils auront l’opportunité de s’informer par rapport au choix des filières. Il a également lancé un appel à toutes les populations pour mettre à profit cet espace d’échanges et d’opportunités d’affaires.

En ce qui concerne les stands, dira-t-il, les stands en murs sont à 150 000F, les contre-plaqués a 100 000 F et l’espace nu à 60.000F.

Quant à Mme Mariko Fadima Siby, elle a rappelé que cette foire vient a point nommé, car jusqu’à présent l’industrialisation n’a pas du tout évolué comme on le souhaite. Pour elle, l’industrie malienne est encore à l’état embryonnaire.

Et l’organisation de cette foire sera pour les Maliens une source d’inspiration qui pourrait résoudre les problèmes d’emploi qui se posent aujourd’hui; elle sera également un lieu d’échanges entre industriels et structures d’encadrement, de formation, ONG et ceux qui sont en quête d’idées, pour la création d’emplois et pour connaître les industries existantes.

En dehors de l’aspect exposition, nous souhaitons faire de cette foire un espace de rencontres d’affaires entre commerçants, industriels, financiers, spécialistes de services et promoteurs d’entreprise”, a-t-elle déclaré.

Pour terminer, elle a lancé un appel à toutes les femmes qui ont déjà des micro- entreprises de participer à cette foire afin qu’elles puissent passer du stade micro au stade industriel.

Mme Mariko Fadima Siby, en tant que membre de l’Organisation du patronat des industriels (l’OPI), a demandé une forte mobilisation autour de cet évènement, qui en est à sa première édition, pour sa réussite totale.

Mariétou KONATÉ

10 août 2006.