Partager

La commune III est l’une des communes du district de Bamako qui a failli à donner un cadre de vie meilleur à ses habitants. Les tas d’ordures à couper le souffle y pullulent partout. Pour faire face à cette situation, le maire Abdel Kader Sidibé réunit le conseil communal : ordre du jour. Prêt de 130 millions de FCFA pour le ramassage des tas d’ordures qui empoisonnent l’environnement des quartiers de la commune. Certains membres du conseil municipal auraient opposé un niet catégorique. Ils expliqueraient que le conseil est en fin de mandat.

Pour parvenir à ses fins, le maire Sidibé aurait passé par la corruption pour tordre la main à ceux qui n’ont pas accepté sa proposition de prêt. Il aurait proposé un terrain à usage d’habitation à ceux ci.

Pour sabotage du Bac, la directrice de l’AE BKO-RD doit être remerciée

Il ne se passe pas d’année sans que l’Académie d’enseignement de Bamako rive droite (AE BKO-RD) ne fait pas parler d’elle. Cette année encore, elle a respecté la tradition dans le sabotage du secrétariat.
Elle a laissé le soin aux correcteurs des épreuves de LV2 de faire le tri dans la salle de correction. Alors que ce travail devrait être fait en amont. C’était la croix et la bannière pour les correcteurs des langues (allemand, russe, arabe, espagnol).

Contrairement à la rive gauche, où les correcteurs ont pu toucher leur frais de transport pour regagner les pôles de correction, ceux de la rive droite se sont endettés. On leur a fait savoir qu’ils toucheraient leur argent après leur retour des pôles de correction.

Décidément, les habitudes ont la vie dure. L’AE BKO-DR a besoin du sang nouveau pour se hisser au même niveau que les autres. Pour cela, la tête doit être tranchée. Elle aurait un faible pour l’argent facile, dit-on. Ce qui expliquerait que sa progéniture est nommée membres de jury des secrétariats en lieu et place des enseignants.

Bac malien : tout le monde veut corriger

Difficilement, imaginable, mais vrai. Des correcteurs dont personne ne sait la provenance sont allés s’installer dans des salles de correction de la sous- commission philosophie au Lycée Askia Mohamed (pôle de correction Académie Rive gauche Bamako) et cela en remplacement de correcteurs qui ne se sont pas présentés.

Tenez-vous bien! Ils n’ont même pas pris le soin d’aviser l’inspecteur qui dirige la correction. Il a fallu un contrôle physique des correcteurs, exigé le deuxième jour de la correction par certains professeurs pour débusquer ces individus qui se sont auto- désignés pour participer à la correction (ou peut être désignés par ceux qui ont leurs

noms répétés qui doivent corriger dans des pôles différents). Parce que c’est l’occasion de se faire de l’argent !
A vos marques, Monsieur le ministre ! L’avenir des enfants se trouve dans vos mains.

Élection du 28 Juillet2013 : l’UE, vers une élection à l’ADO ?

L’Union Européenne va déployer 90 observateurs dans les régions de Koulikoro, Kayes, Bamako, Ségou, Sikasso et Mopti. Sachant très bien que ces élections se passent dans un contexte politique difficile. Ceux pour qui roule la communauté internationale savent ceux qu’ils ont posés comme acte dans cette crise qui a embrasé notre pays.

On a en mémoire les tractations menées par cette même communauté internationale pour faire élire Alassane Dramane Ouattara. La suite on la connait : la Cote d’Ivoire est devenue une terre d’insécurité.

Des noms sur l’éventuel candidat présidentiable de la communauté internationale circulent à Bamako. Nous connaissons les conditions d’éligibilité des futurs chefs d’Etat africains : appartenir à la secte franc-maçonnique ou être favorable à l’homosexualité.

Pourquoi Tiébilé Dramé, Conseiller spécial du président par intérim bêle si fort ?

En demandant à la communauté internationale de s’investir pour un éventuel report des élections, Tiébilé Dramé, président du PARENA, sait pourquoi il bêle si fort sur les antennes de RFI. Son président par intérim et lui-même ne seraient pas prêts à quitter le pouvoir. Son bêlement est une invite à la classe politique et à leurs militants à prendre la rue pour demander un report de la date des élections.

08 Juillet 2013