Partager

L’annonce faite par le secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), Siaka Diakité, est continue d’alimenter les causeries à Bamako. Dans le milieu enseignant, les syndicats d’enseignants rejettent la proposition de l’UNTM. Ils considèrent cette proposition de Siaka Diakité de se refaire une santé, après son accointance avec le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République (FDR). Ils disent qu’il n’est pas question de défalquer un rotin sur le salaire du mois d’avril de leurs syndiqués.

Les responsables syndicaux des enseignants affirment qu’ils sont en train de contribuer à travers leur département. Selon eux, la date limite de leur contribution était fixée au 5 février.
S’achemine- t- on vers un bras de fer entre UNTM et les syndicats d’enseignants ?

Ministère de l’Education : les retraités se la coulent douce

Admis à la retraite depuis décembre 2012, les proviseurs de certains lycées, directeurs nationaux occupent toujours leur poste à responsabilité. Cette attitude est en train de créer des désagréments dans les structures concernées. Car certains agents ne veulent plus se plier à leur décision.
Pourquoi le ministre Bocar Moussa Diarra s’est- il précité à faire des nominations dans les Centres d’animation pédagogique et non de remplacer les retraités ?

Effort de guerre : Où va l’argent des contribuables ?

Depuis l’appel lancé par le président par intérim, Dioncounda Traoré, pour soutenir notre armée dans la guerre contre les narcotrafiquants et autres séparatistes, il ne se passe de jour sans que les Maliens ne se manifestent. Mais si, on n’y prend pas garde, l’enthousiasme risque de céder le pas au désenchantement.

Les images de nos soldats sur le front prouvent que rien n’a été entrepris, pour les mettre dans les meilleures conditions pour affronter l’ennemi. L’image la plus révoltante est celle de ce militaire en train de communiquer à partir de son téléphone portable et les autres, sans gilet par balles et casque, entrain de se battre dignement aux côtés des soldats nigériens et français munis desdits équipements de protection.
Voici une situation, qui fixe l’opinion nationale sur l’état de dénuement de nos militaires face à leur mission malgré les importants fonds mis à la disposition des différents ministres chargés de la Défense, mais toujours détournés.

L’Inter de Bamako du 25 Février 2013